Partenaire de Sonatrach depuis des années, Anadarko «a demandé l’extension de tous ses contrats d’exploitation d’hydrocarbures en Algérie», a indiqué à l’APS le vice-président exploration-production de Sonatrach, Salah Mekmouche, à l’issue d’une séance de discussion avec les responsables d’Anadarko à Houston (Texas), à l’occasion de la 12e édition du forum algéro-américain qui s’est ouvert jeudi.

Plus grand producteur de brut parmi les partenaires de Sonatrach, le groupe américain est présent sur le champ Hassi Berkine (Hbns) où il exploîte les blocs 404 et 208. Ce contrat arrive à échéance en 2023.
Anadarko exploite également en partenariat avec Sonatrach le gisement El Merk, à Illizi, qui représente l’une des plus grandes découvertes de brut réalisées en Algérie ces dernières années, avec des réserves estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat.
M. Mekmouche a souligné que le géant américain veut «apporter de nouvelles technologies en matière de maintenance prédictive et de digitalisation de l’exploitation des hydrocarbures, devenues aujourd’hui un véritable levier de performance en matière de production de pétrole».
Le groupe américain, qui produit près de 260 000 barils/ jour, est aussi intéressé par l’investissement dans les ressources non conventionnelles, a ajouté le même responsable.
De son côté, et comme il le fait à chaque occasion du genre, le ministre de l’Energie, M. Mustapha Guitouni, a saisi l’opportunité de l’événement de Houston pour exposer, une nouvelle fois, les opportunités offertes par le marché algérien, notamment dans le secteur de l’énergie.
Dans ce sens, il a mis en avant les potentialités dans le domaine minier qui peuvent profiter aux investisseurs étrangers, notamment américains. Il s’agit d’opportunités qui donnent un aperçu sur l’ampleur des partenariats susceptibles d’être conclus en matière d’exploration et de développement dans l’amont pétrolier et gazier.
Concernant le partenariat algéro-américain dans la recherche et l’exploitation des hydrocarbures, le ministre a souhaité qu’il se renforce davantage dans le segment amont pétrolier, notamment la prospection et l’exploration et y compris dans l’Offshore.
M. Guitouni a, en outre, appelé à étendre ce partenariat à la filière des énergies renouvelables compte tenu du potentiel de l’Algérie qui comprend, au-delà des réserves d’hydrocarbures conventionnelles et non conventionnelles, «d’importantes ressources renouvelables, notamment en énergie solaire, qui sont mises à contribution et appelées à être développées pour répondre aux besoins futurs du pays».
Le premier responsable du secteur a par ailleurs insisté sur «la volonté du gouvernement à mettre en place les assises nécessaires pour mieux valoriser les ressources énergétiques du pays en intensifiant l’effort d’exploration et de développement des gisements, en augmentant les capacités de raffinage et en relançant l’industrie pétrochimique».
Il a, par ailleurs, tenu à rassurer les investisseurs quant à l’attractivité du domaine minier algérien grâce à la nouvelle loi sur les hydrocarbures qui est en cours d’élaboration en Algérie. «Cette nouvelle loi apportera les incitations fiscales attendues par les investisseurs et introduira plus de flexibilité, à travers notamment la levée des contraintes administratives, pour réduire les délais de réalisation des projets afin d’en améliorer d’une manière substantielle l’économie», a-t-il déclaré. n