L’instance dirigeante du Front de libération nationale (FLN) a été élargie à 21 membres, à l’issue de sa première rencontre, organisée au soir de mercredi dernier à Hydra. Le lendemain, jeudi, elle a enregistré sa première défection en la personne de Abdelkrim Abada, un des ténors du mouvement dit de redressement. «Nous prenons acte de cette démission», a déclaré à Reporters Hocine Khaldoun, un des membres de cette instance, au sortir d’une réunion qui a duré plus de 4 heures. Abada, quant à lui, a expliqué son départ de l’instance : «Je ne peux pas m’asseoir autour d’une même table avec les personnes que j’ai combattu depuis 2010.» Dans une déclaration à Reporters, Abada fait observer : «Moi, je suis venu pour redresser le parti et le reconstruire avec les véritables militants du parti et non pas pour soutenir un 5e mandat. » Quoi qu’il en soit, cette défection n’a pas empêché l’instance dirigeante du FLN de tenir sa seconde réunion. Laquelle s’est soldée par la décision de constituer l’instance nationale du parti, la semaine prochaine. Cette instance, qui devra remplacer le comité central, s’attellera à préparer le prochain congrès extraordinaire du parti, prévu à l’issue de la présidentielle. C’est du moins ce qu’a indiqué à la presse Houcine Khaldoun : «Nous sommes actuellement en train de débattre de la composante de l’instance nationale qui remplacera le comité central et nous préserverons autant que possible les statuts du parti dans notre démarche.» «Les membres de cette instance nationale auront pour mission de se déplacer au niveau des wilayas à la rencontre de la base militante dans l’objectif de préparer le congrès extraordinaire», précise-t-il à ce propos. L’autre point débattu par l’instance dirigeante concerne la conférence nationale à laquelle a appelé le Président dans sa lettre de candidature. Le FLN anticipe et se prépare dès maintenant pour être partie prenante dans cette conférence nationale. «Comme parti politique, cette conférence nationale nous intéresse et nous allons exprimer nos positions par rapport à son contenu», dira Khaldoun à ce propos. Questionné sur les raisons de l’élargissement de l’instance dirigeante, il expliquera que «tout le monde sait que le FLN a besoin d’être reconstruit au regard de la crise qu’il a vécu dans le passé, c’est pour cela qu’il y a eu élargissement de cette instance». Concernant les rumeurs faisant état du départ de Bouchareb de la direction de l’instance et son remplacement par Tayeb Louh, Khaldoun a balayé d’un revers de main cette assertion en indiquant que «ce n’est pas à l’ordre du jour». Par ailleurs, le parti a enregistré la démission collective de sept de ses membres. Actée dans une déclaration rendue publique, la démission est signée par d’anciens membres du comité central et parlementaires. Les démissionnaires sont : Abdelkader Cherrar, Bouazara M’hamed, Cheddad Abdelkader, Sahli Abderahmane, Hanachi Nadia, Ben Ali Fouad et Hakimi Salah. Cette démission collective intervient 24 heures à peine après celle d’Abdelkrim Abada qui a, lui aussi, annoncé son retrait de la direction du FLN élargie, une journée après avoir été nommé dans cette instance, censée renforcer l’instance provisoire qui dirige les affaires de l’ancien parti unique.
L’ancien sénateur et ex-mouhafed Nordine Djaffer explique la démission par le soutien au mouvement
populaire.N. B.