La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Mme Fatma-Zohra Zerouati, a fait part, hier au Palais des expositions (Safex), lors de la cérémonie de clôture de la deuxième édition du Salon international de l’environnement et des énergies renouvelables (Sieera), d’appels à projets pour la création de plus d’entreprises dans le secteur.

Ces appels à projets seront publiés en ligne sur le site web du ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables, du 30 mars au 30 mai 2019, et sont destinés aux opérateurs et professionnels, universitaires et chercheurs, mais aussi à la société civile. «Les portes de notre département sont ouvertes à tous les porteurs d’idées qui proposent des projets innovants. La stratégie nationale du secteur d’ailleurs développe de nouveaux mécanismes concentrés sur la recherche scientifique et technologique», assure-t-elle, précisant que ces appels à projets s’inscrivent dans le cadre de la stratégie nationale à l’horizon 2035. Dans le premier appel à projets, les intéressés sont appelés à proposer des projets pour le déploiement des énergies renouvelables dans les régions isolées, enclavées, dans le sud du pays surtout. Ces projets doivent porter un cachet social et économique pour l’alimentation de ces régions en électricité à partir du renouvelable, au profit des consommateurs mais aussi de l’irrigation agricole et pour le traitement de l’eau. Le deuxième appel à projets doit servir, quant à lui, à l’économie circulaire et à la valorisation des déchets dans le cadre du développement local et durable. «On souhaite des projets pilotes dans l’économie circulaire et la création de nouvelles filières dans ce créneau. La collecte, le tri, la transformation et la valorisation des déchets… », a-t-elle expliqué. Dans ce contexte, elle a appelé le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, M. Mourad Zemali, à introduire de nouveaux métiers dans l’environnement et les énergies renouvelables et ce, en réponse à une demande de plus en plus croissante de la part des jeunes investisseurs dans ce secteur.
Evoquant la deuxième édition du Sieera, qui a regroupé 140 exposants entre nationaux et étrangers, avec la participation de 7 pays, Zerouati a signalé que, durant les trois premiers jours de ce Salon, sous le slogan «Des énergies renouvelables hors réseau au service du développement durable au sud algérien et les zones enclavées», 205 conventions ont été signées entre les participants nationaux et étrangers privés et publics. «A la fin de cette journée de clôture, on s’attend à ce que le nombre de conventions signées soit renforcé, atteignant probablement les 300. On ne s’attendait pas, en fait, à la signature d’autant de conventions. On tablait sur une cinquantaine de conventions tout au plus», confie-t-elle, indiquant que 1 300 réunions de travail se sont déroulées tout au long de cette édition entre les professionnels.