La 13e édition d’Equip Auto Algeria ouvre ses portes aujourd’hui au Palais des expositions de la Safex (Alger) où elle se tiendra jusqu’au 14 mars. Cette année, plus de 500 entreprises représentant 280 exposants venus de 16 pays sont attendus. Ils se partageront une surface de 12 000 m2 pour y exposer leurs offres en matière de réparation-maintenance, de services et d’activités complémentaires. Les quelque 10 000 acheteurs et professionnels attendus au Salon pourront ainsi «découvrir l’ensemble des innovations, des produits et du savoir-faire d’Equip Auto Algeria», indique son organisateur Promosalons, rappelant que cette manifestation, ancrée dans le paysage économique national, rassemble l’offre la plus large et la plus complète en matériels, équipements, produits et services pour les professionnels de la maintenance et de la réparation de véhicules, ateliers de réparation-carrosserie, importateurs, grossistes, revendeurs, gestionnaires de flottes et prestataires de services à l’automobile. Outre les expositions, un programme, autour de thématiques et des animations, aussi riche que diversifié pour illustrer les tendances actuelles de l’après-vente automobile est prévu.
Parallèlement à Equip Auto Algeria, le Palais des expositions de la Safex accueillera également, durant quatre jours, le Salon national inversé de la sous-traitance, pour sa cinquième édition qui arrive dans une conjoncture où certaines filières de l’industrie nationale sont toujours à la recherche d’une intégration locale, synonyme d’une production réellement algérienne et moins coûteuse en devises.
Cet événement verra la participation de plusieurs secteurs, à savoir la mécanique, la construction métallique, l’électricité, l’électronique et l’électroménager, ainsi que les hydrocarbures, la pétrochimie, la sidérurgie, la métallurgie, les travaux publics et les transports.
«Le concept de ce Salon inversé de la sous-traitance, est de permettre aux donneurs d’ordres de rencontrer de nouveaux receveurs d’ordres, afin d’accroître l’intégration économique industrielle nationale et de renforcer le tissu industriel par le développement des filières concernées», indique un communiqué de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci), organisatrice de l’événement en partenariat avec la Société algérienne des foires et exportations (Safex), la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat et l’Agence nationale de développement industriel (Andi). Cette manifestation «est réservée aux industriels et prestataires de services nationaux dans le but de développer et de protéger la production nationale», souligne la Caci, ajoutant qu’il s’agit «d’une opportunité qui est offerte aux entreprises activant dans le montage d’équipements et d’appareils sous le régime SKD et CKD pour nouer des contacts avec des sous-traitants pour intégrer davantage leurs productions».
Selon le président de la Coordination nationale des Bourses de sous-traitance algériennes (Bastp), Kamel Agsous, le nombre d’entreprises algériennes activant dans la sous-traitance industrielle oscillait en 2017 entre 900 et 1 000 entreprises, soit 10% des entreprises composant le tissu industriel. Dans le monde le taux varie de 20% à 30% du nombre global des entreprises.<