Après le RCD, qui a énuméré les conditions devant permettre une sortie de crise, Jil Jadid vient de formuler des propositions, au nombre de 8, articulées notamment autour d’une période de transition et la constitution d’un gouvernement non-partisan. Djilali Soufiane propose à cet effet une période de transition.
En effet, lors d’une conférence de presse, hier au siège du parti à Zéralda (Alger), Djilali Soufiane a présenté ses propositions pour remédier à la crise politique actuelle que connaît le pays à seulement un mois de la tenue de l’élection présidentielle.
Il s’agit notamment d’une période de transition dont l’objectif est de «refonder tout le système actuel». Il propose également un «Forum national» qui soit précédé d’abord par une «lettre présidentielle à travers laquelle le président Bouteflika reconnaît son inaptitude à gouverner et annule l’élection présidentielle.
« Il chargera ensuite une personnalité consensuelle ou un comité pour engager immédiatement des consultations avec la classe politique, les syndicats, la société civile et des personnalités nationales » pour la mise en place d’un forum national.
Ces consultations doivent mener, explique Soufiane Djilali, à former « un gouvernement neutre, non partisan, dont la durée et les missions seront également négociées (entre 6 et 12 mois) ».
Soufiane Djilali n’a pas rejeté le fait que dans ce forum figurent des personnalités du pouvoir, mais à condition que celles-ci bénéficient de la confiance du peuple et de l’opposition et à condition aussi que cela n’affecte pas l’équilibre de la composition du Forum ». Il a ajouté que l’Armée nationale populaire (ANP) peut jouer « un rôle important » dans la période de transition, estimant que la Constitution en vigueur actuellement « doit être suspendue alors que l’Assemblée nationale populaire, le Conseil de la nation et le Conseil constitutionnel seront dissouts par le président de la République».
Ensuite, expliquera-t-il, « le forum national désignera, par consensus, une personnalité ou un comité pour assurer les fonctions de chef de l’Etat », soulignant que les acteurs présumés de la transition « ne doivent pas utiliser leur influence pour peser sur les résultats des prochaines élections».
Le président de Jil Jadid a insisté, par ailleurs, sur le fait que « la formation du forum national doit se faire avant la date du 26 avril prochain » à laquelle « le président de la République doit se retirer définitivement dès l’expiration de son mandat et ce, pour que le début de cette transition qu’il propose n’aura pas l’air d’un coup d’Etat ».
Pour le chef de Jil Jadid, le gouvernement, dont les membres devront accomplir la feuille de route négociée, s’attellera, en collaboration avec les partis politiques, dans le cadre du forum national, à préparer les conditions d’une véritable élection présidentielle dans un délai raisonnable (12 mois). Cette élection présidentielle sera supervisée par une commission indépendante de l’administration et dont la composante sera négociée. Le parti de Soufiane Djilali recommande juste après l’élection du nouveau président de la République, ce qu’il qualifie de «la mise en place d’un processus constituant pour une Loi fondamentale consensuelle, couronné par un référendum», réclamant l’organisation des élections législatives et la mise en place des institutions prévues par la nouvelle Constitution.<