Le climat de tension que vit le pays, induit par le contexte préélectoral, inquiète l’Association des oulémas musulmans algériens, qui appelle les pouvoirs publics à prendre des «mesures d’urgence» de nature à calmer les esprits et ouvrir la voie à une sortie de crise. Dans un communiqué rendu public, hier, l’Association a indiqué que les autorités qui
« portent l’entière responsabilité du climat tendu» doivent annoncer «des mesures d’urgence afin de restaurer la sérénité et la quiétude» au sein des populations. Parmi les mesures que préconise l’Association des oulémas, présidée par Abderezzak Guessoum, figurent «l’annulation de la candidature du chef de l’Etat pour un 5e mandat, l’ouverture d’un vrai débat politique et de mettre fin au contrôle et à la surveillance des médias». L’association a affiché, par ailleurs, sa désapprobation quant aux appels à la désobéissance civile lancée à travers les réseaux sociaux, s’interrogeant sur les origines anonymes de ces appels dont les conséquences risquent d’être négatives sur la poursuite de la mobilisation populaire. Dans le même registre, elle recommande la poursuite de la mobilisation pacifique et civilisée, invitant les autorités à écouter les revendications formulées par les citoyens. L’association des oulémas musulmans algériens conclut son communiqué en relevant avoir préparé une initiative de sortie de crise qui sera exposée et mise en débat prochainement.n