Désormais, la couverture de l’ensemble du patrimoine forestier et des risques liés à l’activité forestière seront pris en charge par la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) et la Direction générale des forêts (DGF) et ce, à la faveur d’une convention signée hier entre la Caisse et la DGF. Laquelle convention se décline en une large gamme de garanties des activités forestières dont le nouveau produit « reboisement forestier », qui trouvera certainement toute sa raison d’être face aux multiples risques qui menacent le patrimoine forestier, dont les plus en vue restent les feux de forêt qui ravagent des centaines d’hectares en période estivale. «L’activité forestière est exposée à beaucoup de risques. La CNMA prendra en charge un certain nombre de risques climatiques en plus des risques liés au reboisement et aux feux de forêt. Cette convention vient également pour régler le problème de la responsabilité civile entre la DGF et ses partenaires», a indiqué le directeur général de la CNMA, Cherif Benhabilès. «Cette convention vient à point nommé parce que nous (DGF) avons toujours eu des problèmes avec nos partenaires chargés de réaliser nos activités dont le reboisement. Ces activités échouaient presque tout le temps car nous n’avons jamais été satisfaits des résultats sur terrain. Maintenant, l’activité de l’administration sera sécurisée », s’est réjoui, quant à lui, le Directeur général des forêts Ali Mahmoudi.
Outre la couverture reboisement forestier, la convention signée hier porte sur plusieurs assurances destinées aux productions végétales comme le Pack « Taâmine Thikha » pour la micro-assurance et les couvertures grêle, incendie récoltes, multirisques serres, multirisques arbres fruitiers, multirisques palmier dattier, les pépinières arboricole et viticole, en plein champs, ainsi que la couverture des réseaux d’irrigation en exploitation. Elle inclut également la couverture des productions animales à travers les multirisques bovins, ovins, caprins, équins, avicole et dinde, cunicole et apicole, ainsi que les couvertures mortalité dromadaire et mortalité élevage aquacole. La convention englobe, en outre, l’assurance de risques divers relatifs au matériel agricole et forestier, à la responsabilité civile, aux catastrophes naturelles, aux engins de chantier en plus de l’assurance tous risques chantier. Concernant le chiffre d’affaires de la CNMA, il a atteint 14,2 milliards de dinars en 2018, soit une hausse de 8% par rapport à 2017, a fait savoir M. Benhabilès.
Un résultat « très encourageant », a-t-il estimé. Couvrant 26% de la population agricole du pays, soit quelque 300 000 assurés, la Caisse a indemnisé en 2018 des sinistres pour près de 8 milliards de DA, a fait savoir son directeur général.<