Le Front de libération nationale (FLN) tient à la préservation du caractère pacifique des marches populaires. «Nous appelons à la préservation du caractère pacifique des marches et à la nécessité d’être vigilant et de préserver les gains réalisés par l’Algérie en matière de sécurité et de stabilité», lit-on dans un communiqué rendu public hier. Contactés par nos soins, plusieurs membres de l’instance dirigeante élargie du parti soutiennent que «le FLN suit avec beaucoup d’intérêts et d’attention ce qui se passe actuellement sur la scène politique». «Nous sommes des enfants du peuple et nous sommes concernés par tout ce qui se passe dans notre pays», a indiqué à Reporters un membre de cette instance, élargie à 21 membres mercredi dernier. «Nous enregistrons avec satisfaction le caractère pacifique des dernières marches et nous appelons tout le monde à la sagesse», enchaîne un autre membre. Par ailleurs, les membres de l’instance dirigeante multiplient les contacts en vue de constituer l’instance nationale, l’équivalent du comité central. «C’est une instance qui sera constituée de pas moins de 300 membres devant représenter l’ensemble des sensibilités au sein du parti, les catégories socioprofessionnelles ainsi que les jeunes et les femmes». «Il faut que chaque militant FLN se retrouve au sein de cette structure et soit dûment représenté», dira notre source selon laquelle «ce sont les membres de cette instance qui feront jonction avec les mouhafadhs du parti au niveau des 48 wilayas pour pouvoir choisir les congressistes». Une tâche qui s’avèrera difficile, soutient notre interlocuteur, au motif que «tous les militants FLN souhaitent être congressistes. Or il n’est pas possible techniquement de faire participer tous les militants au congrès». Quoi qu’il en soit, l’actuelle direction du parti tient coûte que coûte à mettre en place cette instance nationale, cette semaine, pour entrer dans la phase effective de préparation du congrès. «On ne peut se permettre de laisser le parti en l’état. Nous devons le structurer au plus vite pour le doter d’instances légitimes, et il n’y a que le congrès à même de le faire». De même, que l’instance dirigeante du FLN s’affaire à formuler des propositions concernant la conférence nationale proposée dans la lettre-programme du président Bouteflika, considérant l’initiative comme «une précieuse occasion pour réunir les enfants de la nation, de resserrer les rangs et impliquer toutes les forces vives dans l’approfondissement des réformes».