Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika , a nommé hier Nourredine Bedoui au poste de Premier ministre, en remplacement de Ahmed Ouyahia. M. Bouteflika a également nommé Ramtane Lamamra au poste de vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères. Pour ce deuxième portefeuille, M. Lamamra remplace Abdelkader Messahel, alors que le poste de vice-Premier ministre constitue une nouveauté dans l’histoire politique du pays. Sa création est passée par la signature, hier, d’un décret présidentiel, et son détenteur a constamment été cité ces derniers jours, notamment sur les réseaux sociaux, comme successeur du désormais ex-chef du gouvernement Ahmed Ouyahia. Par ailleurs, M. Bedoui a été chargé par le chef de l’Etat de procéder à la constitution du nouveau gouvernement.
Celui-ci sera formé de « compétences nationales bénéficiant du soutien des composantes de la Conférence nationale », a promis Bouteflika dans sa lettre annonçant le report de l’élection présidentielle. Il « assumera la supervision des missions de l’administration publique et des services de sécurité et apportera sa pleine collaboration à la commission électorale nationale indépendante », a-t-il souligné. De son côté, le Conseil constitutionnel « assumera, en toute indépendance, les pouvoirs que lui confèrent la Constitution et la loi en matière d’élections présidentielles », a ajouté le président de la République, s’engageant, en outre, à « ne ménager aucun effort pour que les Institutions, structures, démembrements de l’Etat et collectivités locales se mobilisent pour concourir à la pleine réussite de ce plan de travail. Les Institutions constitutionnelles de la République «poursuivront « scrupuleusement l’accomplissement de leurs missions respectives et exercent leurs pouvoirs respectifs au service exclusif du peuple algérien et de la République », s’est encore engagé Abdelaziz Bouteflika.