Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib a présidé dimanche soir à Tébessa la cérémonie de mise en exploitation du projet de transfert des eaux souterraines de la localité de Bekaria vers la commune d’El Kouif. La mise en service de ce transfert hydraulique va permettre d’améliorer l’alimentation en eau potable de la commune
d’El Kouif qui compte plus de 20 000 habitants, selon les explications fournies sur place au ministre qui effectuait, une visite de travail dans la wilaya de Tébessa.

A l’occasion, M. Necib a indiqué que la wilaya de Tébessa a bénéficié d’un programme d’urgence destiné à renforcer l’alimentation en eau potable qui sera concrétisé avant l’été. Concernant les communes situées au nord de la wilaya qui enregistrent un flagrant déficit en eau potable , à l’instar d’El Ouenza, Laâouinat, Boukhadra, Bir Dhab et Mersat, le ministre a assuré que celles-ci seront alimentées à partir du barrage d’Ouldjet Mellegue avant la fin du présent semestre. La réalisation du réseau de transfert des eaux à partir de ce barrage vers lesdites communes, sur un linéaire de 13 km, affiche un taux d’avancement de 63%, a-t-on fait savoir. Ce projet va permettre d’approvisionner en eau potable plus de 140 000 âmes à travers six (06) communes ciblées pour une capacité de pompage pouvant atteindre les 300 l/s. Par ailleurs, le ministre a fait savoir qu’en attendant la mise en service de ce projet hydraulique et pour combler les besoins en eau potable des habitants de la région, le volume d’eau transféré quotidiennement vers ces communes à partir du barrage d’Ain Eddalia (wilaya de Souk Ahras) va passer de
4000 m3 à 20 000 m3. M. Necib a également révélé que la wilaya de Tébessa a bénéficié d’un projet de réalisation de 10 puits profonds dans plusieurs communes afin «de rattraper le déficit en matière d’AEP». Le ministre des Ressources en eau a conclu sa visite dans la wilaya de Tébessa en inspectant le barrage d’Ouldjet Mellegue d’une capacité totale théorique de 155 millions de m3. Rempli à 56%, cet ouvrage hydraulique devrait dès sa mise en service alimenter plusieurs communes de la wilaya de Tébessa et de Souk Ahras, en plus du complexe de transformation de phosphate de Oued El Kebrit. M.Necib a également eu à inspecter le projet de réalisation de deux stations de pompage vers El Ouenza et Laâouinat.
Plus de 100 projets pour la protection des villes contre les inondations
Sur un autre plan, le ministre des Ressources en eau a assuré que plus de 100 projets sont en cours de réalisation pour la protection des villes contre les inondations dans le cadre de la stratégie nationale de protection des villes contre les catastrophes naturelles. Ces projets, financés par les programmes sectoriels et de développement local, portent sur la correction des cours d’eau, leur curage et l’élimination des constructions anarchiques le long des oueds, a indiqué le ministre. Il a également assuré que son département, avec le concours d’autres secteurs, a acquis des équipements développés avec recours aux photos satellitaires permettant de prévoir les catastrophes naturelles afin d’en limiter les dégâts dans le cadre de la prévention, notamment des inondations. Le secteur des ressources en eau a connu le lancement de tous les projets inscrits à travers le pays pour un financement total de 90 milliards de dinars incluant 27 stations d’épuration des eaux usées, a indiqué Hocine Necib, ajoutant que les réseaux d’assainissement de plusieurs wilayas seront réhabilités et réaménagés. A une question de l’APS sur la protection de Tébessa contre les inondations, le ministre a indiqué qu’une étude est en cours et sera suivie par une série de mesures complémentaires, dont l’interdiction des constructions anarchiques sur «les périmètres des oueds classés dangereux et exposés aux inondations», insistant sur l’importance d’apporter des solutions rapides. «La wilaya de Tébessa a bénéficié d’un programme d’urgence mobilisant d’importantes ressources financières pour améliorer l’approvisionnement de la population en eau potable», a précisé le ministre, soulignant que «l’impact de ce programme commence à donner ses fruits après près de 10 années de sécheresse». «Au terme de ce programme, 80 % de la population aura accès à l’eau potable 24 heures sur 24», a-t-il affirmé.
(APS)