Suite à la rupture de l’alimentation d’eau potable pour une bonne partie du chef-lieu des Ouadhias (à 35 km au sud de Tizi-Ouzou) à laquelle ont fait face les habitants de cette localité durant la journée d’avant-hier, l’Algérienne des Eaux de cette commune s’est mobilisée, hier, sur le terrain pour mettre fin à cette perturbation en AEP qui pénalise les populations de cette localité. Un incident qui a eu lieu suite à l’éclatement de la conduite de refoulement reliant Takhoukht vers le chef-lieu de cette commune montagneuse. Pour cela, les responsables de l’ADE ont tenu à rassurer les clients qu’une équipe a été mobilisée sur les lieux pour rétablir à cette situation et mettre un terme à ces éclatements récurrents. « Nous mettrons en place un appareil qu’on appelle communément la soupape de décharge qui sera installée dans un endroit bien défini pour mettre fin à ces éclatements », a indiqué Nabil Berdous, responsable au niveau de l’Algérienne des Eaux (ADE) des Ouadhias. Ce dernier a tenu à présenter les excuses de leur agence auprès de ses clients pour les désagréments causés par les travaux de réparation de cette conduite d’eau potable. Il a précisé que les travaux de réalisation de cette soupape seront achevés le plus vite possible, puisqu’une équipe performante est sur place. Pour rappel, des moyens importants ont été mobilisés pour développer le secteur hydrique au niveau de la capitale de Djurdjura, mais surtout pour mettre fin aux perturbations en matière d’alimentation en eau potable au niveau des localités les plus fragilisées par ce phénomène, en l’occurrence Bouzeguène, Azazga, Aït-El-Hammam, Illilten, Betrouna… D’ailleurs, une enveloppe budgétaire estimée de 200 milliards de centimes a été allouée par le gouvernement pour améliorer la situation hydraulique au niveau de ces communes et leur permettre de passer un été loin du spectre de la pénurie d’alimentation en eau potable. n