L’affaire de l’enfant maltraité, dont nos colonnes ont fait écho mercredi passé, est désormais entre les mains de la justice et commence à donner des éclaircissements sur le cas du petit Anis, 12 ans.Ainsi, après audition de plusieurs témoins, le procureur de la République a ordonné l’incarcération temporaire du frère de la victime martyrisée dans le domicile de sa grand-mère. La sœur de Anis a été laissée en liberté provisoire, en compagnie de son frère, lui aussi auditionné et qui pourraient être inculpés, « après les conclusions de l’enquête ». Le quatrième de la fratrie, quant à lui, est actuellement en fuite et activement recherché. La police judiciaire a donc enclenché une enquête suite à l’ébruitement, via les réseaux sociaux et le dépôt de plainte d’un parent du petit Anis, du cas de « torture et agression » que nous avons rapporté. Quatre personnes, âgées entre 21 et 29 ans, seront auditionnées, les frères et sœurs de la victime, seront présentés devant la justice et devront répondre de « coups et blessures volontaires, violences verbales, tortures, séquestration d’un enfant de moins de 16 ans, et non-assistance à mineur en danger ». Anis, toujours hospitalisé au niveau du CHU de Constantine, a bénéficié d’une incapacité physique de trente jours délivrée par les médecins de la médecine légale. Pour rappel, la première alerte a été donnée sur les réseaux sociaux, où l’enfant apparaît, martyrisé, présentant plusieurs meurtrissures sur le corps. La Sûreté de wilaya de Constantine, qui dispose d’une page Facebook interactive, répercutera très vite, d’autant qu’un proche du jeune Anis ira déposer plainte pour porter secours à « un mineur en danger ». La police judiciaire, assistée de la septième Sûreté urbaine, se rendra sur les lieux du drame pour découvrir le jeune enfant portant encore des traces de sévices corporels très importants, et n’ayant rien avalé ni bu depuis deux jours, selon des indiscrétions qui nous sont parvenues. Anis, orphelin de mère et dont le père serait alité à cause d’une maladie chronique, vivait avec sa grand-mère. Le jeune martyrisé sera immédiatement évacué vers le CHU Ben Badis de Constantine dans un état jugé très critique, mais qui n’engageait pas son pronostic vital. Il reste maintenant à l’enquête en cours de déterminer les causes exactes des exactions commises par quatre frères et sœurs à l’encontre de leur jeune frère de 12 ans, qui aurait dû être protégé par sa famille au lieu d’être sauvagement frappé et martyrisé.