Le commerce de l’eau, qui ne cesse de prendre de l’ampleur à travers les agglomérations de la wilaya d’Oum El Bouaghi, demeure sujet à interrogations en matière d’hygiène, de réglementation et autres. Sur le terrain, il est constaté de visu que de nombreux camions chargés de citerne en plastique sillonnent en klaxonnant à longueur de journée les cités pour écouler l’eau dite potable aux citoyens. Ces derniers pour rappel évitent depuis de nombreuses années l’eau du robinet jugée de mauvaise qualité. Ceux de situation sociale aisée se permettent de l’eau minérale tandis ce que les autres se rabattent sur l’eau de source, comme l’appellent les colporteurs. Néanmoins, aucun des camions colporteurs activant n’exhibe, comme l’exige la réglementation, ni l’agrément des services des eaux ni le certificat d’analyses concernant la composition, l’origine et la provenance du liquide vital (bulletin périodique) ni le registre de commerce. De ce fait, le risque d’intoxication sur les consommateurs est de plus en plus grand d’autant plus qu’aucune association de protection des consommateurs ne s’est manifestée dans la wilaya. Des prélèvements effectués sur des citernes de colporteurs sur une période d’un mois par les services de la qualité de la direction du commerce se sont soldés par la présence de deux produits non conformes commercialisés, dont l’entame de procédures judiciaires. Cependant, en l’absence de rigueur dans le contrôle et le suivi par les services concernés, notamment la santé et les eaux, les colporteurs d’eau sont passés à la vitesse supérieure en procédant ainsi à l’ouverture illégale carrément de locaux pour l’activité de vente. Une situation qui a fait réagir les services du commerce de la wilaya qui ont procédé, selon les mêmes sources, à la fermeture depuis août 2018 de pas moins de 74 locaux dont 35 au chef-lieu de wilaya. L’activité de la vente de l’eau dans les locaux commerciaux, qui n’est pas généralisée certes, selon les mêmes sources, est exercée dans les agglomérations d’Oum El Bouaghi, Aïn Beïda, Berriche, Aïn Babouche surtout, et doit être rigoureusement suivie et contrôlée, il y va de la vie des citoyens ! n