Les Philippines doivent se retirer officiellement dimanche de la Cour pénale internationale (CPI).Le départ de l’archipel asiatique doit être acté un an après que Manille eut annoncé qu’il ne voulait plus être Etat membre de ce tribunal qui juge les crimes de guerre. Depuis sa fondation en 2002, ce sera le deuxième pays à le faire, après le Burundi en 2017.
« Le secrétaire général (…) a informé tous les Etats concernés que le retrait prendrait effet pour les Philippines le 17 mars« , a déclaré une porte-parole des Nations unies, Eri Kaneko.
Le départ des Philippines est dû à l’ouverture d’une enquête préliminaire en février 2018 contre son président, Rodrigo Duterte (photo), accusé d’appliquer une « lutte brutale » contre les le trafic de stupéfiants, qui a fait, depuis 2016, des milliers de morts.