Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 11 octobre 2018 06:00

Les Sahraouis réitèrent leur appel au respect de l’arrêt de la Cour de justice de l’UE : L’accord bancal de l’UE et du Maroc sur la pêche

Écrit par Rabah Serradj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Commission de la pêche au sein du Parlement européen a auditionné, mardi, des représentants du Polisario et du Maroc pour aborder avec eux le projet d’accord de pêche particulièrement controversé. La Commission européenne a pris part au débat des Eurodéputés et tenté de justifier un accord frappé de déséquilibre par la Cour de justice européenne. Au cours de la réunion, les Sahraouis ont réitéré leur appel à l’UE au respect de l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 27 février. Mohamed Sidati a, une nouvelle fois, invité les Vingt-sept à négocier directement avec le Polisario.

« S’il n’y a pas d’accord avec nous, nous allons prendre toutes les actions dans le cadre de la justice civile et pénale », a-t-il souligné dans des déclarations à l’agence espagnole EFE. Pour sa part, la Commission européenne a saisi la tenue de la réunion du mardi au Parlement européen pour présenter une «lecture» biaisée de la décision pourtant claire de la CJUE du 27 février. « La sentence ne déclare pas que l’accord ne puisse s’étendre au Sahara. Elle ouvre la porte à une interprétation juridique tant qu’elle respecte le droit international », a souligné le représentant de la Commission européenne. Cette posture de la Commission européenne particulièrement ambiguë semble davantage ajouter à la confusion que consolider un arrêt de la Cour de justice de l’UE très clair sur cette question. L’accord sur la pêche avec le Maroc ne saurait être appliqué à des territoires qui restent encore sous occupation et donc sujet à caution du point de vue du droit international. « Les parties concernées considèrent que le peuple sahraoui bénéficie de cet accord. Il y a aussi quelques critiques positives. Nous avons écouté toutes les voix légitimes des personnes intéressées par l’accord. A l’heure de sa signature, nous étions en possession de preuves solides que nous respections l’arrêt » de la Cjue, a affirmé la Commission. Cet accord, qui semble aller à l’encontre d’un arrêt de justice, ne sera pas applicable en l’état, le Parlement européen et le Conseil de l’Europe devraient au préalable approuver le projet d’accord en question. Et statuer sur ses ambiguïtés toujours évidentes. Les Sahraouis avaient mis en garde, en septembre, contre le risque de partialité de cette commission visiblement sous influence marocaine. «L’invitation du Front est une décision judicieuse, mais qui reste incomplète du fait que la délégation qui a visité, au cours de ce mois, les territoires occupés administrés par le Maroc, ne s’est pas rendue aux territoires libérés ou aux camps de refugiés», a dénoncé l’ambassadeur du Sahara occidental à Alger, Abdelkader Taleb Omar. Cette commission a éclipsé une grande partie des Sahraouis dans son rapport et son représentant légitime, qui est la Rasd et le Front Polisario. « Cette commission aurait dû se rendre aux territoires libérés et camps de réfugiés pour que son rapport soit équilibré et équitable », avait souligné l’ambassadeur, expliquant qu’il s’agit «clairement » d’une question de décolonisation. Il a rappelé que la Cour de justice de l’Union européenne (Cjue) a, à trois reprises, déclaré le Sahara occidental territoire séparé et distinct du Maroc et l’ONU a, depuis 1975, inscrit ce territoire sur la liste des territoires non autonomes. De ce fait, l’application de l’accord de pêche conclu entre l’Union européenne et le Maroc aux eaux adjacentes du Sahara occidental va notamment contre le principe d’autodétermination

Laissez un commentaire