Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 11 octobre 2018 06:00

Risques météorologiques : Hocine Necib annonce un plan anti-innondation

Écrit par Fayçal Djoudi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

D’un plan anti-inondation pour la capitale, qui n’a pas totalement protégé Alger des caprices de la météo, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, récidive et parle d’un plan anti-inondation, mais national cette fois. Il sera matérialisé par un programme de réalisation de plus de 600 infrastructures aux fins d’assurer la protection des villes.


Cela dit, M. Necib nuance ses propos, voire ses certitudes, en ajoutant : «Jusqu’à une certaine proportion». C’était le principal message à retenir de son passage, hier, sur les ondes de la Radio nationale, alors qu’en même temps, l’Office national de météorologie (ONM) diffusait, en début d’après-midi, une alerte sur une activité pluvio-orageuse, accompagnée localement de fortes averses, dans la région sud-ouest du pays et la partie ouest des Hauts-Plateaux. Les wilayas concernées par cette prévision sont Tindouf, Béchar, Adrar, Naâma et El Bayadh. Il faut croire que le phénomène des inondations est devenu systématique à chaque chute de pluie, ce qui préoccupe le ministère des Ressources en eau. A ce titre, il a annoncé le parachèvement en cours d’une stratégie nationale pour prévenir les risques des inondations à travers l’ensemble du pays. Fait nouveau dans les propos, on ne peut plus officiels, de M. Necib : les inondations sont dues au «réchauffement climatique» qui a créé un «nouveau contexte météorologique». Plus simplement, le réchauffement climatique a provoqué une forte «récurrence des précipitations», à tel point qu’il y a trop d’eau qui tombe. Selon M. Necib, plus de 50% des inondations observées dans les villes sont la conséquence de débordement d’oueds, parce que n’ayant plus la capacité d’assurer l’écoulement normal des eaux générées par les intempéries. Il rappelle que c’est justement suite aux inondations observées à Bab el Oued, Ghardaïa, Al Bayadh, Sidi Bel Abbès et M’Sila, qu’un vaste programme de réalisation de plus de 600 infrastructures a été activé aux fins d’assurer la protection des villes. Des infrastructures qui doivent être accompagnées par une série de mesures impliquant d’autres secteurs. Il a tenu à signaler que le pays s’est «heureusement» engagé, depuis les années 2000, dans la construction de grands barrages et de retenues collinaires, une chaîne d’ouvrages qui contribuent fortement à diminuer l’impact des crues. D’autre part, le ministre a rappelé qu’en coopération avec l’Union européenne, une stratégie de lutte contre les inondations a été élaborée. Les mécanismes de mise en œuvre, précise-t-il, vont impliquer plusieurs intervenants, dont ceux chargés de déclencher les alertes en cas de danger imminent. Des experts nationaux et étrangers ont été mobilisés au titre de ce partenariat, pour la mise au point de cette stratégie nationale, dont la finalité consistera, selon
M. Necib, à mettre son secteur au diapason des changements climatiques mondiaux et leurs conséquences, citant les inondations enregistrées dernièrement dans nombre de wilayas. En plus de la poursuite des constructions d’ouvrages de protection contre les crues, il a fait part d’un vaste programme de prévention à entreprendre, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, sur plus de 600 sites identifiés, consistant notamment «à libérer les cours d’eau», dont les passages, souligne-t-il, sont, «au mépris de la loi», obstrués par des constructions illicites et autres décharges publiques.

Laissez un commentaire