Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 03 septembre 2017 06:00

Entre 1 et 20 ans de réclusion : Sévères peines contre les militants du Hirak

Écrit par Feriel Nourine
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Sévère coup judiciaire des autorités marocaines dans les rangs du mouvement locale « Hirak ». Neuf militants de ce mouvement populaire ont été condamnés par le tribunal de première instance d’Al-Hoceïma à des peines allant de 1 an à 20 ans de prison ferme, alors que 23 autres militants ont vu leur procès reporté. Certains ont été jugés coupables d’avoir incendié fin mars un bâtiment de la police dans la localité voisine d’Imzouren, autre haut-lieu de la contestation dans le Rif.

 

Ces condamnations ont été suivies par un grand étonnement chez la presse marocaine, notamment le cas d’un activiste de 18 ans qui s’est vu infligé la peine la plus sévère après avoir été accusé d’« entrave et gêne à la circulation », « mise à feu volontaire d’un bien d’autrui » et « violences ou voies de fait envers un agent des forces de l’ordre au cours de l’exercice de ses fonctions ».
« Le dossier du Hirak du Rif se complique davantage », estimait jeudi le quotidien Al Massae, alors que Al Ahdath Al Maghribia faisait état d’un
« bouillonnement » à Al-Hoceïma. « La crise dans le Rif se poursuit, 360 jeunes ont été arrêtés et sont menacés de condamnation à de lourdes peines », écrivait jeudi le quotidien Akhbar Al Yaoum dans un éditorial. Le quotidien Assabah a pointé du doigt « la violence de certains manifestants », faisant état de « 298 policiers blessés » depuis le début de la contestation. Les condamnations prononcées par le tribunal d’Al-Hoceïma ont également tissé un immense réseau d’indignation sur les réseaux sociaux où les internautes ont fait le parallèle avec les condamnations souvent « clémentes » prononcées par la justice marocaine à l’encontre des « pédophiles et des violeurs ». Aucun détenu dans le cadre du mouvement contestataire rifain n’a été gracié à l’occasion de l’Aïd El Adha, assure Mohamed Ziane, avocat chargé de la défense de plusieurs militants du Hirak, dont Nasser Zefzafi, le leader du mouvement. La grâce accordée par le roi Mohammed VI pour cette fête a touché 665 personnes, parmi lesquelles certaines ont été condamnées pour terrorisme. 

Laissez un commentaire