Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

mardi, 03 juillet 2018 06:00

Union africaine : Le Sahara occidental au cœur du Sommet de Nouakchott

Écrit par anis Remane
Évaluer cet élément
(0 Votes)

C’est hier que les travaux du Sommet de l’Union africaine (UA) devaient s’achever à Nouakchott. En attendant une lecture attentive des décisions et résolutions de ce rendez-vous panafricain important, dont l’ordre du jour a été consacré à la lutte contre la corruption, l’un des autres dossiers qui s’y est imposé est celui du Sahara occidental.


Cette question a figuré en tête des sujets abordés et a été appréhendée à la lumière du rapport présenté par le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, dans le cadre du mandat qui lui a été confié par la 29e session de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, en juillet 2017. Ce document se prononce pour une «implication active» de l’Union africaine dans la recherche d’une solution au conflit, au titre de sa responsabilité dans la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité sur l’ensemble du continent. Une première. Il signale le rôle de plus en plus important qu’aura l’UA pour trouver une solution au conflit qui oppose le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Polisario. Ainsi que sa disponibilité à accompagner et soutenir les efforts des Nations unies et de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, Horst Köhler.
Selon le rapport du chef de l’exécutif de l’UA, le soutien de l’Union africaine devra être basé sur les résolutions du Conseil de sécurité, qui ont constamment demandé aux deux parties de reprendre sans délai et sans conditions préalables les négociations directes entre les belligérants, pour parvenir à une solution politique juste durable et mutuellement acceptable.
Dans ce sillage, le président de la commission exécutive de l’Union africaine, Moussa Faki, recommande dans son rapport la mise en place d’un mécanisme africain pour l’autodétermination du peuple sahraoui. «Il est souhaitable que la conférence de l’UA mette en place un mécanisme africain à même de permettre à l’UA d’apporter un appui efficace au processus conduit par les Nations unies, basé sur les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité», souligne M. Faki.
Ce mécanisme encouragerait les parties à faire preuve de «flexibilité et d’esprit de compromis, interagirait avec les Nations unies et, en tant que de besoin, avec d’autres acteurs pour mobiliser le soutien le plus large possible aux efforts de l’ONU, et réfléchirait, en étroite collaboration avec les Nations unies, à la substance du compromis souhaité», est-il noté dans le document, où il est souligné qu’il est «crucial que l’UA s’implique activement dans la recherche d’une solution au conflit, au titre de sa responsabilité dans la promotion de la paix, la sécurité et la stabilité sur l’ensemble du continent».
M. Faki a également mentionné, dans son rapport, le rôle de l’UA qui devrait viser à «accompagner et à soutenir les efforts des Nations unies», précisant que l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies conduit, depuis sa prise de fonction, des «consultations intensives» avec les parties, lesquelles ont exprimé leur «engagement à coopérer avec lui».
Dans les conclusions de son rapport, le président de la commission de l’UA a notamment affirmé qu’il importe que l’UA «se mobilise pour contribuer significativement à la recherche d’une solution et d’appuyer plus effectivement les efforts des Nations unies qui sont saisies du dossier». Ce à quoi le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a réagi en qualifiant, dimanche dernier, de «décision historique la création d’un mécanisme pour trouver une solution au conflit entre la république arabe sahraouie démocratique (RASD) et le Maroc». «Cette décision historique vient pour réaffirmer l’attachement de l’Union africaine aux droits du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance», a soutenu M. Ould Salek, dans une déclaration à la presse. Pour sa part, le chef du Polisario et président de la RASD, Brahim Ghali, a appelé, hier lundi à Nouakchott, l’Union africaine (UA) à être «plus efficace» pour assurer l’indépendance du Sahara occidental. «Il appartient à l’UA d’être plus efficace et plus présente pour appuyer les Nations unies en vue d’assurer l’indépendance du Sahara occidental», a-t-il déclaré à la presse, en marge du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA.

Laissez un commentaire