Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 20 novembre 2018 06:00

Djamal Eddine Bouabdallah, président du Cercle de commerce et d’industrie algéro-espagnol : «Attirer les IDE impose une conversion graduelle du dinar»

Écrit par Maya H.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les investissements directs étrangers sont-ils le maillon faible de l’économie nationale ? Les chiffres annoncent une baisse de 26% en 2017 par rapport au 1,63 milliard de dollars enregistrés en 2016. Et le rapport du Forum économique, qui vient de parachever son classement mondial 2018, classe l’Algérie à la 92e place, sur 142 pays membres dont les économies ont été évaluées.

Que faut-il pour remédier à cette contre-performance? Invité hier de la Chaîne III de la radio nationale, Djamal Eddine Bouabdallah, président du Cercle de commerce et d’industrie algéro-espagnol, a passé au peigne fin les différentes possibilités de redynamisation des IDE en Algérie. Le qualifiant de «processus très long, délicat et complexe», M. Bouabdallah voit en la conversion graduelle du dinar une condition sine qua non «pour inciter les investisseurs à venir s’installer dans le pays». Pour ce faire, «il faudrait avoir la volonté, en impliquant l’ensemble des acteurs économiques et sociaux». Outre cette conversion de la monnaie, l’économiste déplore l’existence de certains obstacles bloquant l’attractivité du pays pour les investisseurs étrangers, citant le peu de mobilité du capital. Pour les solutions, le même responsable relève la nécessité d’instituer un climat d’affaires «souple», fournissant davantage de facilités, pour attirer les investissements qu’il qualifie de «facteurs économiques de croissance», en même temps qu’instruments clés pour développer le PIB, la consommation des ménages et soutenir l’emploi. Cet investissement direct étranger est à ses yeux étroitement lié au développement de système productif national. Dans son intervention, M. Bouabdallah estime que si les chiffres actuels ne sont pas à la hauteur, l’Algérie a pourtant la capacité de devenir une des adresses recommandées pour les IDE. «Des réformes sont nécessaires, et l’Algérie peut devenir dans 10 ans un pays émergent et un Eldorado des investissements directs étrangers», mettant en relief l’utilité de s’inspirer de l’exemple espagnol notamment dans des domaines comme l’agriculture, l’agroalimentaire, l’énergie solaire, le tourisme et les matériaux de construction. Toutefois, il y a lieu de souligner que les chiffres communiqués par la Cnuced montrent que les IDE en Algérie dépendent fortement de l’investissement dans le secteur pétro-gazier, estimant qu’ils devraient rebondir à la faveur de la prochaine révision de la loi sur les hydrocarbures. Une révision que le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a estimé qu’elle rendra l’investissement dans le domaine minier algérien plus attractif et adapté au contexte international tout en préservant les intérêts économiques du pays. «Nous avons transmis l’intérêt porté par l’Algérie aux investissements étrangers» en vue «de reconstituer les réserves et introduire de nouvelles technologies de production», avait déclaré le ministre. En effet, cette révision a été motivée par le besoin de s’adapter au nouveau contexte international après la chute drastique des prix du brut qui a poussé de nombreux pays producteurs à revoir leurs codes des hydrocarbures pour continuer à attirer les investissements. Rappelons à ce sujet que la mouture définitive du projet de la nouvelle loi sur les hydrocarbures est annoncée vers la fin du mois de juillet 2019. Dans un autre registre, M. Bouabdallah a tenu à saluer la décision prise par l'Algérie de s’engager dans une politique de décentralisation du pouvoir décisionnel vers les wilayas, chargées dorénavant de manager de manière autonome leur politique économique et attirer les investissements directs étrangers. Une telle décision, commente-t-il, donnera l’opportunité aux opérateurs économiques d’un territoire de cibler eux-mêmes les secteurs phares à prioriser et pouvoir, au final, attirer les IDE.

Laissez un commentaire