Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 31 juillet 2018 06:00

La décision a suscité une vive polémique sur la Toile : Le maire de Béjaïa annule le festival de la chanson amazighe

Écrit par CHAFIK AÏT M’BAREK
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le président de l’Assemblée populaire communale (P/APC) de Béjaïa, Hocine Merzougui, vient de soulever un tollé sur les réseaux sociaux, en annonçant la décision d’annuler la 16e édition du Festival de la chanson amazighe qu’organise chaque été le comité des fêtes de la ville des Hammadites.


En effet, l’annonce de cette décision, à travers une vidéo diffusée sur la page Facebook de la cellule de communication de l’APC de Béjaïa, a vite suscité une polémique sur la toile.
Pour sa part, M. Merzougui justifie sa décision par le fait que « l’urgence pour la ville de Béjaïa est de régler son problème d’insalubrité et de manque d’hygiène qui menace la santé publique ».
« Nous ne sommes pas contre l’art, ni contre la culture, encore moins contre l’amazighité. Au contraire, nous avons des grands projets pour tamazight qui, grâce au partenariat entre l’APC de Béjaïa et le HCA (Haut-commissariat à l’amazighité), vont voir le jour, et ce, dès la rentrée sociale prochaine. Les quatre milliards du festival serviront à embellir l’environnement et débarrasser la ville des ordures. En fait, personne n’est contre sa culture, mais la situation ne prête pas à investir dans les spectacles », a déclaré en substance le P/APC de Béjaïa dans son intervention.
Alors que certains internautes dénoncent le sort réservé à un festival culturel qui était la fierté de Béjaïa, d’autres observateurs vont jusqu’à accuser le P/APC de Béjaïa de vouloir emboîter le pas aux organisateurs de la prière collective de Ouargla qui ont dénoncé la tenue d’un spectacle musical dans leur ville.
« On redoute le retour de l’inquisition islamiste. Il n’est pas à exclure de voir ce qui s’est passé récemment à Ouargla faire tache d’huile. On craint que la décision prise par le maire de Béjaïa d’annuler cette année le festival de la chanson amazighe, vise à apporter de l’eau au moulin des islamistes qui se sont investis ces derniers temps dans le mouvement associatif », alerte sur sa page facebook Mohand Arezki B., un ancien militant du Mouvement culturel berbère (MCB). Les appréhensions exprimées par ce dernier sont telles que de nombreux facebookeurs ayant commenté son message, estiment qu’une telle thèse n’est pas à exclure. Pour eux, l’annulation du Festival culturel de Béjaïa intervient au moment où des activistes islamistes, notamment des Salafistes, lancent un appel, sous la bannière de certaines associations douteuses, pour la tenue d’un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya de Béjaïa, le 2 août prochain, dont le seul mot d’ordre est de « dénoncer la prolifération des lieux de débauche » dans la région.
L’écrivain-éditeur et défenseur de la cause amazighe, Brahim Tazaghart, estime que « l’annulation du Festival de la chanson amazighe de Béjaïa, est une grave erreur, surtout dans ce contexte précis. Sans aucun doute, cette décision va renfoncer, sans le vouloir, une pensée simpliste qui veut persuader la population que la culture est un fait marginal, superflu, et qu’on peut s’en passer sans conséquence aucune. ».
En outre, cet ancien militant du MCB tient à souligner qu’« au lieu de réclamer une politique culturelle qui soit au service de l’Algérianité, des projets culturels bien conçus et bien réfléchis qui participent à l’éveille intellectuel du peuple, des cercles s’attaquent à la culture comme source du mal d’un pays rongé, paradoxalement, par l’inculture et l’incivisme. ».
De son côté, l’ancien député indépendant, Meziane Belkacem, écrit sur son mur Facebook ceci« L’annulation du Festival de la chanson amazighe ne rendra pas la ville de Béjaïa plus Propre, mais plus triste ! ».

Lu 488 fois

Laissez un commentaire