Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 30 mai 2018 06:00

Journée mondiale antitabac : En Algérie, le tabagisme tue 15 000 personnes par an

Écrit par AZIZ LATRECHE
A cause du tabac, plus de sept millions de personnes dans le monde meurent chaque année. Parmi les victimes, «près de 900 000 non-fumeurs parce qu’ils ont été exposés au tabagisme passif», selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Pour célébrer la Journée mondiale sans tabac, l’organisation a opté cette année pour le thème «Tabac et cardiopathies». En effet, le tabagisme est un facteur de risque important pour l’apparition de cardiopathies coronariennes, d’accidents vasculaires cérébraux et de maladies vasculaires périphériques. «Il est la deuxième cause principale de maladie cardiovasculaire, après l’hypertension artérielle», a alerté l’OMS, indiquant que ces maladies tuent «davantage de personnes» que toute autre cause de décès dans le monde. L’Organisation fait état des répercussions de la consommation de tabac et de l’exposition au tabagisme passif qui «contribuent à raison d’environ 12% de tous les décès dus à une cardiopathie».
En termes de lutte antitabac, l’OMS insiste sur une interdiction totale de fumer dans les espaces publics fermés, les transports et les lieux de travail avec une mise en garde (Warn) contre ce fléau via des campagnes de sensibilisation. Dans la foulée, elle propose l’interdiction de la publicité en faveur du tabac (Enforce) et l’augmentation (Raise) des taxes sur le tabac et les rendre «moins abordables». A propos des réticences de la puissante industrie du tabac dans le monde, le Directeur général de l’OMS a déclaré : «Nous ne sommes pas au service des gens qui ont le pouvoir mais au service des gens qui n’ont pas de pouvoir.» Tedros Adhanom Ghebreyesus s’exprimait lors de la 71e Assemblée mondiale de la santé, tenue du 21 au 26 mai au Palais des nations à Genève.
En Algérie, la journée du 31 mai, qui est celle de la Journée mondiale antitabac, arrive cette année après l’adoption de la nouvelle loi sanitaire, le 30 avril dernier. Ce texte consacre plusieurs mesures destinées à mieux lutter contre les effets nocifs de la cigarette. L’article 52 de la loi énonce que sont considérés comme produits du tabac, «les produits destinés à être fumés, prisés, chiqués, mâchés ou sucés dès lors qu’ils sont, même partiellement, constitués de tabac». L’article 53 dresse une ligne rouge aux publicités sur le tabac : «Toute forme de promotion, de parrainage et de publicité en faveur des produits du tabac est interdite. Quiconque contrevient à l’interdiction prévue à l’article 53 est puni d’une amende de 500 000 DA à 1 000 000 DA, selon les dispositions pénales de ce texte de loi qui sera voté, aujourd’hui, au Conseil de la nation, pour entrer en application.

La nouvelle loi sanitaire, des mesures sévères contre le tabac
En matière de prévention et de sensibilisation, le texte prescrit que la commercialisation des produits du tabac est subordonnée à l’apposition, sur la partie la plus visible de l’emballage et en grands caractères, d’un avertissement général portant la mention suivante «la consommation du tabac est nocive pour la santé». Pour les paquets de cigarettes, outre l’avertissement général, un avertissement spécifique, des dessins ou des pictogrammes émanant de l’autorité sanitaire doivent figurer sur l’autre grande face du paquet (article 54). Toutes les formes de conditionnement et d’étiquetage des produits du tabac doivent porter des «indications sur les principaux constituants toxiques et leurs émissions». Ces indications sont fixées par voie réglementaires (article 55).
Dans le même ordre d’idées, les fabricants et importateurs de produits du tabac sont tenus de communiquer toutes les informations relatives à la composition et aux émissions des produits du tabac aux autorités compétentes en la matière lesquelles doivent opérer les vérifications nécessaires conformément aux critères et normes établis (article 57). Tout contrevenant aux dispositions des articles 54, 55 et 57 est puni d’un emprisonnement de six mois à une année et d’une amende de 500 000 DA à 1 000 000 DA. En cas de récidive, l’amende est portée au double. En ce qui concerne la consommation du tabac dans les lieux publics, l’article 58 dispose qu’il est «interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif ou accueillant du public», les modalités d’application du présent article devant être fixées par voie réglementaire. De plus, la vente de tabac ou produits du tabac aux mineurs est interdite (article 59).
En Algérie, le tabagisme est la cause de quelque 15 000 décès par an, où 35% des cancers diagnostiqués sont causés par le tabac qui est également la source de maladies cardiovasculaires, respiratoires et infectieuses.

Laissez un commentaire