Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

mardi, 03 juillet 2018 06:00

Restauration des mosaïques anciennes : La villa Angelvy de Tipasa ouvre ses portes

Écrit par Seddiki Djamila
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a inauguré, dimanche dans la villa Angelvy de Tipasa, l’atelier national de restauration de mosaïques anciennes qui a ouvert ses portes la semaine dernière.


La délégation ministérielle a inauguré l’atelier ouvert par l’Office de Gestion et d’Exploitation des Biens Culturels Protégés (OGEBC) et visité le premier chantier-école pour la restauration des mosaïques, pris en charge, depuis le 19 juin, par 8 Algériens et 5 Libanaises au niveau du jardin de la Villa Angelvy où a été aménagé un atelier à l’emplacement d’une ancienne baraque désaffectée.
Le ministre s’est félicité de cette acquisition au profit de la culture en général et du patrimoine national qui permettra une prise en charge technique de l’opération de restauration des mosaïques anciennes dont l’Algérie dispose et qui s’étendent sur une surface de 4500 m2 dans les différents musées du pays. Celles-ci ont grandement besoin d’une prise en charge technique et scientifique et ce chantier école de Tipasa, précisera le ministre, sera une sorte de clinique pour ces mosaïques qui n’auront plus besoin d’être transportées à l’étranger pour leur restauration et leur réhabilitation. C’est un grand acquis pour notre pays, selon le ministre, puisque l’ensemble des musées trouveront là, un lieu idoine pour la restauration et la réparation des dégâts sur les pièces du patrimoine. Ce projet, ajoutera Azzedine Mihoubi a été rendu possible grâce à la coopération internationale et en particulier grâce au programme de Mosaikon auquel l’Algérie a adhéré et qui, à travers la fondation US Getty, a financé la formation de 8 Algériens en même temps que leurs collègues du Liban et d’Egypte dans les techniques de restauration de mosaïques anciennes au niveau du musée d’Arles (France). L’atelier, le premier du genre au niveau du monde arabe, entrant dans le cadre du programme de conservation de la mosaïque, entend mettre en exergue les outils modernes de restauration et de conservation des mosaïques grâce à 8 Algériens formés aux dernières techniques au niveau de l’ancien musée d’Arles dans le cadre du programme Mosaikon aidés par 5 stagiaires venues du Liban.
Soutenus par Getty, la fondation américaine, le Centre International d’Etudes pour la Conservation et la Restauration des Biens Culturels (ICCROM) et la Commission Internationale pour la Conservation des Mosaïques (ICCM), 8 professionnels algériens, qui vont eux-mêmes devenir formateurs au niveau de Tipasa, ont bénéficié durant 9 mois d’une formation dans la conservation préventive et la restauration de mosaïques qui s’est achevée par un stage à Jbeil (ex byblos) au Liban. Durant leur formation, les stagiaires ont travaillé, entre autres, sur la restauration d’œuvres issues du musée du Louvre de Paris.
Les jeunes experts en restauration, qui vont s’atteler durant un mois, c’est-à-dire jusqu’au 18 juillet, à prendre en charge le chantier-école pour la restauration des mosaïques qui sont dans les musées algériens et dans les réserves, ont entamé leur travail par la restauration de plusieurs pièces du musée de Cherchell. Celles-ci consistent en quatre panneaux muraux représentant des floralies et autres dessins géométriques. Ces panneaux, types de pavement (Opus Tesselaton), étaient stockés dans les réserves du nouveau musée de Cherchell. Les pavements, qui étaient longtemps livrés à l’air marin, ont subi des dégradations, puisque les tesselles se sont dégradées et se désagrègent. Le chantier-école est organisé autour de deux cas différents représentant des types de panneaux reposant sur du plâtre et sur du béton qui bénéficieront de protocoles d’intervention différents pour leur restauration. La préparation de l’opération de réparation sur l’objet se fera sur la base de préconisations spéciales en plus d’une couverture documentaire photographique afin de restituer à l’identique la pièce nous indiquera Redha du musée de Cherchell qui se réjouit de faire un travail de terrain et de s’impliquer dans la restauration de pièces historiques du patrimoine local ou national.

Laissez un commentaire