Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 08 août 2018 19:31

Le torchon brûle entre l’UEA et le ministre de la Culture : Youcef Chegraâ qualifie les déclarations de Azzedine Mihoubi de «fausses»

Écrit par Nadir Kadi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

«Les déclarations du ministre de la Culture, concernant les activités de l’Union des écrivains algériens (UEA), sont fausses et il doit assumer ses dires. Nous avons les documents et les preuves qui récusent ces accusations, point par point, et nous allons les mettre à la disposition des médias et de l’opinion dès la semaine prochaine», nous a déclaré, hier, Youcef Chegraâ, président de l’Union des écrivains algériens (UEA) contacté par téléphone suite aux déclarations virulentes du ministère de la Culture, samedi dernier, lors de la conférence animée au Forum du quotidien «El Hiwar».

Le président de l’UEA nous a également déclaré que, face à l’ampleur de ces accusations sans fondement, il est contraint d’interrompre la trêve estivale et son congé et que, dès dimanche prochain, il sera à Alger pour y répondre avec des preuves concrètes.  La véhémence du ministre de la Culture à l’encontre de l’Union des écrivains algériens est une réponse à la polémique, lancée, le 28 juillet dernier, suite à la diffusion d’un communiqué de l’UEA, accusant le ministre d’œuvrer à «marginaliser et minimiser l’action de cette structure». En réponse, Azzedine Mihoubi a affirmé, samedi dernier, que «l’Union des écrivains algériens n’a pas besoin de moi pour se marginaliser». Le ministre de la Culture, qui fut lui-même président de l’association entre 1998 et 2005, a sèchement rétorqué qu’«en ce qui concerne l’Union des écrivains algériens, il s’agit d’une association culturelle qui n’est pas encore arrivée au rang d’une fondation. Et aujourd’hui, cette union diminue d’elle-même son rôle, elle n’a pas besoin d’Azzedine Mihoubi pour cela ». Se défendant ainsi des accusations qui lui ont été faites, le ministre de la Culture a ajouté que le l’UEA est devenue une structure «inactive et sans résultats concrets», interpellant les médias présents au forum : «J’aimerais poser une question : qui se souvient d’une activité organisée par l’UEA au cours de ces dix dernières années ?» Azzedine Mihoubi a aussi directement mis en cause le président de l’UEA, Youcef Chegraa, en confiant : «Lorsque je suis arrivé au ministère, en 2015, je pensais trouver une structure qui participerait à la promotion de la profession d’écrivain et je leur ai apporté de l’aide. Cependant, j’ai ici un bilan qui démontre qu’il s’agit d’une structure qui ne me connaît que les voyages. Le président de l’Union a, à lui seul, obtenu sept participations à des festivals et manifestations culturelles aux Emirats arabes unis, en Egypte, en Irak ou encore en Syrie.»

Le ministre de la Culture ajoute, par ailleurs, à propos de la représentativité de l’UEA, que «cette association n’a pas à prétendre dans son communiqué qu’elle est la seule à être représentative des écrivains algériens à l’étranger. Non, il y a énormément de structures capables de les représenter. En fait, l’Union des écrivains algériens n’arrive même pas à être représentative en Algérie. Comment peut-on alors s’imaginer qu’elle le soit à l’étranger ? »

Pour rappel, le communiqué publié, fin juillet, par l’UEA, mettait en exergue le fait que le ministre de la Culture aurait cherché à «minimiser le rôle actif et l’impact de l’Union des écrivains, seule représentante de l’Algérie auprès des plus importantes structures non gouvernementales arabes et internationales», précisant qu’ «Azzedine Mihoubi aurait volontairement œuvré à marginaliser l’union en la privant de participer aux comités ou structures dépendant du ministère de la Culture».

Laissez un commentaire