Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
SILA

SILA (72)

Le 23e Salon international du livre d’Alger (Sila) s’est achevé, hier, avec d’ores et déjà un bilan positif marqué par une édition qui s’est distinguée, cette année, tant par l’engouement des lecteurs pour les œuvres littéraires et historiques que par la qualité des invités de marque, avec en tête le prix Nobel chinois Mo Yan

Le spécialiste en géopolitique,  El Haoues Taguia, a animé une rencontre intitulée « Culture et mondialisation », à l’espace Esprit Panaf  avant-hier, à la veille de la clôture de l’édition  2018 du Salon international du livre d’Alger (SILA)

La romancière Aïcha Kassoul, lauréate du Prix Escale littéraire, décerné au mois d’octobre dernier pour son roman «La Colombe de Kant», paru aux éditions Casbah en 2017, a été l’invitée d’une rencontre abritée, mercredi dernier, au pavillon G du 23e Salon international du livre d’Alger (Sila 2018).

Une rencontre portant sur le thème «Prix littéraires, tremplins ou consécrations ?» a été animée, dans le cadre du programme d’animations culturelles de la 23e édition du Salon international du livre d’Alger (Sila 2018), par des écrivains algériens

L’universitaire Mohamed Ismaïl Abdoun, professeur de littérature française à l’université d’Alger, a salué, mercredi, les qualités du romancier algérien Mourad Bourboune, qui demeure méconnu auprès du public en dépit de son immense talent. Au passage, l’universitaire tacle «la littérature de circonstance» et «l’écriture de l’urgence», dont les auteurs courent derrière l’argent sans pour autant avoir apporté un plus à la littérature.

Au terme de la journée des travaux d’étude sur «la littérature amazighe», organisée mercredi dernier par le Haut-commissariat à l’amazighité (HCA) à la salle Al Djazaïr, dans le cadre du 23e Salon international du livre d’Alger, les participants ont communiqué une liste de recommandations afin de valoriser la langue tamazight aider à sa promotion et appelé à cette occasion à instituer un prix annuel pour la meilleure production littéraire

«Beaucoup d’écrivains ont falsifié l’histoire de l’Algérie», a d’emblée déclaré Rachid Boudjedra, lors d’une conférence-débat animée récemment dans le cadre des rencontres thématiques organisées par le commissariat de la 23e édition du Salon international du livre d’Alger (Sila 2018).

Le critique et universitaire Ahmed Bedjaoui vient de publier aux éditions Chihab à Alger « Le cinéma à son âge d’or, cinquante ans d’écriture au service du septième art ».

Programmé en parallèle du Salon international du livre d’Alger (Sila), le rendez-vous professionnel «BookProd 2018» aura été l’occasion, mercredi dernier, d’un long débat sur la question de l’exportation du livre algérien dans le cadre de la conférence intitulé «Flux de l’import-export du livre et des intrants et sous-produits de son industrie»

Le président de la commission de lecture et de suivi, Djamel Foughali, a affirmé, mardi dernier à Alger, que les réserves émises sur certains titres exposés dans le cadre du 23e Salon international  du livre d’Alger (Sila) obéissaient à «la loi sur le livre de 2015» et non au «principe d’interdiction».

Page 1 sur 6