Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

SLIM2

mardi, 10 janvier 2017 21:11

Algérie-Union européenne : Réévaluation achevée, l’Accord d’association entame une nouvelle phase

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’évaluation de l’accord d’association qui lie l’Algérie à l’Union européenne depuis 2005 est maintenant achevée. Elle sera formalisée par la validation, à Bruxelles, d’un document final qui comportera les résultats de ce travail de « révision » conjoint, entamé fin 2015 sur instruction du chef de l’Etat, en novembre 2015, lors d’un Conseil des ministres qu’il avait présidé.

Dans son  argumentaire, le président Bouteflika a justifié cette décision algérienne de réviser l’accord par le fait que «depuis [sa] mise en œuvre -1er septembre 2005-, il est constaté que l’accord n’a pas eu l’effet escompté pour la promotion des exportations hors hydrocarbures et la relance des investissements directs étrangers, qui constituent pour l’Algérie deux objectifs motivant la conclusion de tout accord de libre-échange». Et les constats chiffrés en sont on ne peut plus éloquents. 

En dix ans d’exécution de l’accord - de 2005 à 2015 - les pays de l’UE ont exporté vers l’Algérie pour plus de 220 milliards de dollars, alors que l’Algérie a exporté hors hydrocarbures quelque 14 milliards de dollars. En 2014, le niveau des importations en provenance de l’UE est passé à près de 30 milliards de dollars contre un niveau moyen annuel de 9 milliards de dollars avant l’entrée en vigueur de cet accord (entre 2002 et 2004). Dans le compte des pertes, le manque à gagner dans la fiscalité douanière s’élève à 2,5 milliards de dollars par an. C’en était assez pour que la partie algérienne demande un « rééquilibrage ».
Ce qu’elle a fait la première fois en mars 2016, lorsqu’elle a soumis, lors d’une réunion bilatérale avec l’UE, à Bruxelles, son « plaidoyer » qui a été partagé par la partie européenne qui a affirmé sa disposition à apporter les « correctifs à cet accord». Une réunion suivie par d’autres tout au long de l’année - une deuxième en mai et une troisième en septembre 2016 - jusqu’au « 7 décembre dernier, où [les deux parties] sont parvenues à conclure l’évaluation de l’accord par un document conjoint qui sera validé dans les prochains jours à Bruxelles lors de la réunion du conseil de l’accord d’association Algérie-UE, coprésidé par le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini », selon ce qu’a indiqué hier, en marge d’un séminaire de lancement d’un jumelage institutionnel entre l’Algérie et l’Espagne dans le domaine des finances, le directeur de la coopération avec l’UE et les institutions internationales auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ali Mokrani. « Nous avons très bien travaillé. C’est un accord des deux parties pour relancer leurs relations denses », a-t-il témoigné, révélant qu’il « contient 21 recommandations permettant de relancer la coopération entre l’Algérie et l’UE dans le but de mettre les relations économiques au centre de cette coopération, de donner à cet accord toute son importance et d’utiliser tout son énorme potentiel dans ses trois composantes : politique, économique et humaine ».
Il s’agit en fait de rééquilibrer la relation « économique » et « commerciale » entre les deux partenaires, à travers la redéfinition des actions et des axes de coopération « dans le bon sens », celui de l’Algérie. Ce qui passera par le renouvellement « du partenariat économique [entre l’Algérie et l’UE] dans le sens de l’accompagnement de l’effort du gouvernement algérien dans la diversification de l’économie, de la promotion des exportations hors hydrocarbures, du développement de l’économie, du savoir-faire, de l’économie numérique et de la promotion d’une économie inclusive à caractère social ». De même que plusieurs axes porteront sur le « développement des relations d’investissements et de partenariat entre les entreprises européennes et algériennes et le flux des investissements européens directs productifs en Algérie ». M. Mokrani a aussi fait savoir que l’Algérie et l’UE avaient également finalisé un autre document conjoint portant sur les priorités communes relatives à la Politique européenne de voisinage, qui sera approuvé lors de la même réunion. 

Dernière modification le mercredi, 11 janvier 2017 12:57

Laissez un commentaire

Grand Angle

FORUM DES FEMMES JOURNALISTES D’AFRIQUE : 7 axes de réflexion pour une charte panafricaine

Bien que leurs réalités et expériences v

Grand angle -
14-03-2017
Sécurité : Menace sur l’espace euro-atlantique

La relation entre les pays occidentaux e

Grand angle -
19-02-2017
Equateur : Une présidentielle à l’issue incertaine

Quelques 12,8 millions d’Equatoriens se

Grand angle -
19-02-2017
Quatre principaux candidats pour succéder à Rafael Correa

Lenin Moreno, Guillermo Lasso, Cynthia V

Grand angle -
18-02-2017