Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

mou

jeudi, 16 février 2017 06:00

Justice : Condamnée à 2 ans de prison ferme, Saïda Neghza compte faire appel

Écrit par  HADJI MOHAMED ADEL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Condamnée mardi dernier par le tribunal de Chéraga à deux ans de prison ferme, une amende de 100 000 dinars et au remboursement de cinq millions de dinars pour fraude et vol d’argent, Saïda Neghza, P-DG du Groupe Soralcof et présidente de la Confédération générale des entreprises algériennes, crie à «l’injustice » et en appelle à l’intervention du ministre de la Justice Tayeb Louh et compte faire appel.


Dans une lettre rendue publique hier, Saïda Neghza soutient qu’elle n’a jamais été entendue par le juge d’instruction. Plus encore, elle affirme avoir appris la nouvelle de la plainte dans un article publié par un journal. Elle fait également le déroulé de son association avec des investisseurs espagnols dans le secteur du BTPH et la création du bureau d’études Engineryeria. «Le bureau d’études Engineryeria a été créé en 2012 dans le cadre de la règle du 51/49 avec sept entrepreneurs espagnols et un capital social de 10 millions de dinars», raconte Saïda Neghza. «J’avais participé avec 5,5 millions de dinars. Les associés espagnols ont avancé le reste», précise-t-elle tout en soulignant qu’en raison de défaut d’agrément à cause d’un problème d’équivalence des diplômes des associés étrangers, le bureau n’a pas obtenu de projet. Sur sa lancée, la concernée se défend d’avoir volé l’argent du bureau en question. Elle explique, qu’en vertu de son statut de gérante, elle a usé de l’argent du capital pour payer le loyer, la Cnas et les impôts. Fin 2016, deux des sept associés espagnols déposent plainte pour «vol du capital». «Les associés espagnols ne venaient pas à Alger. J’ai en ma possession trois convocations avec accusé de réception. On ne m’a jamais signalé un quelconque problème et chaque année ils récupéraient le bilan auprès du comptable», enchaîne-t-elle. «Toutes les dépenses faites durant cette période, entre 2012 et 2016, sont justifiées», insiste-t-elle également.
Elle clame que sa demande de désignation d’un expert pour étudier le dossier a été rejetée. Mme Neghza met aussi en doute la probité du témoin principal dans cette affaire qui occupait le poste d’adjoint du trésorier au sein de la CGEA avant d’en être exclu par l’ancien président de l’organisation, indique Mme Neghza. Ce témoin occupait également le poste de secrétaire à Engineryeria avant d’être limogé durant la même période, précise-t-elle. « La confédération est également en justice avec lui. Il est convoqué aujourd’hui pour diffamation et insulte. C’est lui qui a donné au juge d’instruction une fausse adresse, accuse-t-elle. Je n’ai ainsi reçu aucune convocation», conclut-elle.

Laissez un commentaire

Grand Angle

Sécurité : Menace sur l’espace euro-atlantique

La relation entre les pays occidentaux e

Grand angle -
19-02-2017
Equateur : Une présidentielle à l’issue incertaine

Quelques 12,8 millions d’Equatoriens se

Grand angle -
19-02-2017
Quatre principaux candidats pour succéder à Rafael Correa

Lenin Moreno, Guillermo Lasso, Cynthia V

Grand angle -
18-02-2017
7 JANVIER 1957 : LESPARAS AU POUVOIR A ALGER

Sur instruction de Robert Lacoste, minis

Grand angle -
07-01-2017

Culture