Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

jeudi, 29 décembre 2016 06:00

La dernière semaine politique de l’année riche en évènements :Les partis affûtent leurs armes en prévision des législatives

Écrit par  NADIA BELLIL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La dernière semaine de l’année en cours a été marquée par plusieurs évènements politiques majeurs. Positionnements politiques, alliances partisanes

, crises organiques et intenses activités de terrain l’ont caractérisée. Mais le plus marquant de ces évènements a consisté en la volonté des formations islamistes à contracter des alliances partisanes à quelques encablures du double scrutin local et législatif.

En effet, à quatre mois des élections législatives de 2017, les différents partis islamistes affûtent leurs armes et tentent de tisser de nouvelles alliances pour accroître leurs possibilités de rafler un maximum de sièges tant dans la future Assemblée nationale qu’au sein des Assemblées locales élues (APC et APW). Et la stratégie idoine, à leurs yeux, serait de contracter des alliances avec des formations de la même idéologie, à savoir islamiste.
C’est ainsi que le Mouvement de la société pour la paix (MSP) et le Front du changement (FC) sont sur le point de sceller une alliance, a révélé mardi dernier l’ex-ministre Abdelmadjid Menasra. « Le dialogue entre le FC et le MSP se poursuit. Il y a une volonté des deux partis de conclure une alliance », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse organisée au siège du parti.
Cette alliance intervient, faut-il le rappeler, après la fusion entre deux autres formations islamistes : le Front de la justice et du développement (FJD) de Abdellah Djaballh et Ennahda de M. Fillali. Menasra n’a pas manqué, à cette occasion, de vanter les mérites de l’alliance entre les formations islamistes, tout en saluant « la conclusion d’alliances entre les différents partis de l’opposition. A condition, a-t-il dit, « qu’elles soient positives sur la scène politique ».
L’autre évènement marquant cette dernière semaine politique de l’année se décline à travers la décision du Front de libération national (FLN) de relancer l’idée « du front interne », émise fin octobre 2015 par l’ex-secrétaire général du parti Amar Saâdani. C’est ainsi que lors d’une conférence de presse animée lundi dernier, à l’issue de l’installation de la commission des finances et du patrimoine du parti, Djamel Ould Abbès, a annoncé que le FLN comptait lancer, avec douze autres formations politiques, un « front intérieur solide » dans l’objectif de « mobiliser et de sensibiliser les citoyens sur les dangers qui guettent le pays et à y faire face ».
« Cette initiative vise à concrétiser le consensus national sur le terrain », a expliqué Ould Abbès, assurant que le parti du FLN « ne s’immisce pas dans les affaires internes des autres partis». Le Rassemblement national démocratique (RND), de son côté, est dans tous ses états à l’approche des prochaines élections législatives.
C’est ainsi que son patron Ahmed Ouyahia multiplie les rencontres tant au niveau de la capitale qu’à l’intérieur du pays aux fins de mobiliser ses militants autour de l’impératif « de réussir » le test des législatives.
Ouyahia ne manque pas non plus de rencontrer des acteurs de différentes catégories socioprofessionnelles dans l’objectif de « permettre au parti de rafler un maximum de sièges dans la future APN », en solo.
Autrement dit sans avoir recours à une quelconque alliance partisane pour atteindre les objectifs escomptés. C’est ainsi que cette semaine, lors d’une rencontre avec les militants de son parti, il a affirmé que « le RND participera aux élections législatives de 2017 avec son programme et ses propres listes, excluant toute alliance avec d’autres formations politiques ». « Je peux vous assurer qu’il n’y aura pas d’alliance avec d’autres partis. Au RND, nous comptons sur nous-mêmes, notre programme et nos propres candidats », a-t-il argué. La fin de la semaine politique a été aussi caractérisée par la crise du Front des forces socialistes (FFS) qui semble traîner en longueur. En dépit, en effet, des assurances de ses responsables, cette formation en est encore à se poser des questions et semble ne pas avoir encore consommé l’après-Aït Ahmed.
De son côté, le Parti des travailleurs (PT) se mobilise tous azimuts en prévision des prochains rendez-vous électoraux. Même si la direction du parti n’a pas encore tranché en faveur de sa participation aux élections de 2017, il n’en demeure pas moins que la patronne du parti tout autant que ses parlementaires occupent la scène politico-médiatique à travers une intense activité. 

Laissez un commentaire

Sports

Les Verts loin de la maturité tactique

  Il semblerait que le doute ait r

Sports -
21-01-2017
Yacine Brahimi, milieu offensif : «On n’a pas été à la hauteur»

  Le milieu offensif Yacine Brahim

Sports -
21-01-2017
Le Sénégalais Diédhiou pour Egypte-Ouganda

  L’arbitre sénégalais Malang Diéd

Sports -
21-01-2017
Les Verts ont le blues

Le statut de favori. Un boulet qui a emp

Sports -
21-01-2017

Der

Santé : Alerte à la grippe saisonnière !

  La vague de froid affectant tout

Der -
21-01-2017
Environnement : Appel à l’implication des walis dans la préservation du milieu

La préservation de l’environnement et la

Der -
21-01-2017
76 migrants clandestins arrêtés en une journée

Les forces de sécurité ont arrêté, jeudi

Der -
21-01-2017
Ghardaïa : Kameleddine Fekhar hospitalisé à Ménéa

Kameleddine Fekhar, détenu à Ménéa depui

Der -
21-01-2017
Jijel : Un terroriste neutralisé à El Milia

Un terroriste a été neutralisé hier aprè

Der -
21-01-2017