Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

SLIM2

dimanche, 08 janvier 2017 06:20

Réduction de la production pétrolière des pays de l’Opep : L’Algérie, l’Irak, l’Arabie saoudite et Oman balisent la voie

Écrit par  Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) commencent  à couper dans leur production pétrolière en application de l’Accord conclu le 30 novembre dernier à Vienne (Autriche).

L’Algérie, l’Arabie saoudite, l’Irak, le Koweït,  le Qatar, les Emirats arabes unis ont commencé dès le 1er janvier à réduire leurs productions respectives, faisant planer ainsi un air d’optimisme sur les marchés pétroliers qui semblent retrouver les couleurs perdues depuis juin 2014.


Depuis le début de l’année, les marchés sont restés focalisés sur les producteurs de l’Opep et sur leurs partenaires, qui se sont engagés à réduire leur production dès ce mois de janvier pour permettre aux marchés de se rééquilibrer.
La presse du royaume wahhabite rapportait jeudi que l’Arabie saoudite a complètement appliqué son engagement, et a réduit sa production de 486 000 barils par jour. Une nouvelle qui augure de bonnes perspectives quant aux espoirs d’un rééquilibrage du marché en 2017. D’autant que l’Irak, un des pays qui montrait une opiniâtre réticence à signer l’Accord de Vienne du 30 novembre 2016, s’est enfin montré conciliant en mettant à exécution ses engagements de Vienne. En effet, le porte-voix du ministère irakien du Pétrole a annoncé, jeudi dernier, que son pays a réduit de quelque 200 000 barils par jour sa production de brut, conformément à l’accord conclu par l’Opep, en vue de faire remonter les prix. Bien qu’il soit particulièrement affecté par la chute des cours du brut, alors que le pays mène une guerre coûteuse contre le groupe Etat islamique, l’Irak a réduit sa production à environ 4,6 millions de barils par jour (mbj) depuis le début de l’année en cours, date de l’entrée en vigueur officielle de l’accord de l’Opep sur la limitation de la production. De son côté, l’Algérie a annoncé par la voix de son ministre de l’Energie, Nouredine Boutarfa, avoir mis en œuvre la réduction de la production de pétrole de 50 000 barils/jour, tel que prévu par l’accord de l’Opep. Lequel consiste à couper à hauteur de 1,2 millions de barils/jour dans l’offre pétrolière de l’Organisation, un accord qualifié d’historique, négocié à Alger fin septembre avant qu’il ne soit signé par les 14 membres de l’Opep le 30 novembre dernier à Vienne. Ils sont ensuite parvenus à convaincre début décembre 2016 des pays producteurs non membres de l’Opep, dont la Russie, mais aussi le sultanat d’Oman, à se joindre à leur effort. Ces pays ont décidé une réduction de 558 000 b/j. La réduction totale de l’offre au plan mondial à partir du 1er janvier devrait donc être d’environ 1,8 mbj. En attendant que la Russie concrétise ses engagements, Oman a annoncé officiellement avoir réduit sa production de brut de 45 000 barils par jour (b/j) en application de l’Accord de baisse de l’offre des pays producteurs pour soutenir les prix. La production omanaise a été réduite de 5%, se situant désormais à quelque 970 000 b/j. Même si ces coupes font souffler un vent d’optimisme sur les marchés, il faudra néanmoins attendre un mois ou deux avant de voir les véritables données et leurs répercussions sur les marchés et les cours. Il faut s’attendre à ce que le premier, voire les deux premiers mois de l’année soient marqués par une importante volatilité des cours avant que les coupes dans la production se fassent sentir dès mars. Parmi les autres facteurs négatifs qui pourraient faire retarder l’équilibrage du marché, les observateurs évoquaient l’accélération de la production des pays exemptés de l’accord de l’Opep, à savoir la Libye, le Nigeria et l’Iran. La promesse de la Russie de limiter sa production, alors qu’elle a atteint des records historiques en 2016, laisse également les analystes pour le moins dubitatifs. Le renforcement du dollar et une éventuelle reprise de la production américaine font également planer un air de doute quant à l’efficacité de la décision de l’Opep de faire régner un nouvel ordre sur les marchés pétroliers. 

Dernière modification le samedi, 07 janvier 2017 23:17

Laissez un commentaire

Grand Angle

FORUM DES FEMMES JOURNALISTES D’AFRIQUE : 7 axes de réflexion pour une charte panafricaine

Bien que leurs réalités et expériences v

Grand angle -
14-03-2017
Sécurité : Menace sur l’espace euro-atlantique

La relation entre les pays occidentaux e

Grand angle -
19-02-2017
Equateur : Une présidentielle à l’issue incertaine

Quelques 12,8 millions d’Equatoriens se

Grand angle -
19-02-2017
Quatre principaux candidats pour succéder à Rafael Correa

Lenin Moreno, Guillermo Lasso, Cynthia V

Grand angle -
18-02-2017