Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

SLIM2

mardi, 21 mars 2017 06:00

Sidérurgie : «Tout va bien» à El Hadjar, selon le syndicat d’entreprise

Écrit par  RAMI B.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Son secrétaire général du syndicat d’entreprise, Ammouri Noureddine, n’a pas manqué hier de régler ses comptes avec les anciens responsables du groupe Sider qu’il a qualifié  de mauvais gestionnaires.


L’homme, visiblement heureux de la tournure des événements avec la première coulée de fonte conforme réussie, en ce 19 mars, entama sa déclaration par un « tout va bien » avec force explications quant à la rénovation des installations et leur fonctionnement. « Aujourd’hui, nous sommes vraiment heureux de voir qu’enfin le fruit de nos efforts, nous, les travailleurs de ce complexe, mais aussi et surtout l’effort financier considérable de l’ordre de près de 1 milliard de dollars investi consenti par le gouvernement et suivi de près par Son Excellence le président de la République, qui voulait que ce complexe redevienne mieux qu’avant, ait abouti. Malgré les difficultés rencontrées, malgré les manipulations et les manœuvres de certains pour réduire à néant la résurrection de ce complexe. Poussé à bout par le partenaire étranger qui l’a saigné à blanc, le réduisant à un tas de ferraille, nous avons pu le remettre sur pied et il est à nouveau opérationnel », annonce-t-il. Revenant sur les problèmes évoqués, il accusera ouvertement les ex-responsables du groupe Sider qu’il qualifiera de complices du partenaire étranger pour avoir soutenu toutes ses décisions et contribué d’une manière ou d’une autre au non-respect du planning fixé pour la rénovation et la modernisation des installations. « Ces responsables, dit-il, ont désigné l’entreprise italienne Ferretti pour la réfection du Haut Fourneau, entreprise qui a failli à ses obligations car incompétente. Ce qui a fait perdre à l’usine un temps précieux.
Il a fallu en trouver une autre, en l’occurrence, Pirson qui a dû reprendre tout à zéro car les travaux réalisés par la première présentaient des anomalies et n’étaient pas du tout conformes. Ensuite, nous avons le cas de l’entreprise française Simafer, qui devait livrer sept locotracteurs et qui finalement n’étaient pas arrivés à bon port ensuite la même entreprise avait été choisie pour fournir des pièces pour le haut fourneau, pièces qui s’étaient avérées non conformes et qui avaient été réexpédiées. Encore une perte de temps que nous assimilons à du sabotage. Des travaux abandonnés par des entreprises étrangères et qui ont été fort heureusement repris par des cadres et des compétences algériennes que nous saluons aujourd’hui pour leur sens du devoir. Tout cela avec les rumeurs malveillantes et les manipulations des travailleurs dont le moral est sapé à chaque fois par des annonces de redémarrage qui, finalement, s’avéraient fausses, pour préserver de gros intérêts liés à l’importation des produits sidérurgiques dont les besoins du marché national se situent autour de 10 millions de tonnes/an. Un marché juteux que certains veulent perpétuer en repoussant à chaque fois la date de redémarrage. On en est venu même à établir un rapport faisant état d’une prétendue rupture de minerai de fer et d’aggloméré alors que nous disposons de 200 000 tonnes du premier et de 6 000 tonnes du second, rapport rédigé par le PCA du groupe Sider. »
Revenant au fonctionnement du complexe, il dira que la rénovation a touché 80 % des installations de l’usine, presque toutes les unités PMA, aciérie à oxygène, laminoir à chaud, laminoir à froid et autres. « Aujourd’hui, poursuit-il, tout est dans les normes. 12 tuyères sur les 24 dont dispose le complexe sont en activité.
On augmentera la cadence progressivement et on passera à 14 puis à 16 et ainsi de suite, pour atteindre les objectifs fixés en respectant le process de production. Nous avons aujourd’hui 4 200 travailleurs, et pour atteindre nos objectifs de production qui sont de l’ordre de 1,2 million de tonnes, nous aurons besoin de main-d’œuvre qualifiée, il y a eu des recrutements dans le cadre du CTA, il y en aura d’autres pour soutenir la cadence de production qui atteindra les 2,2 millions de tonnes que nous voulons dépasser pour arriver à 3 et pourquoi pas 4 millions de tonnes. Les besoins du marché sont énormes et même avec l’entrée en production des complexes de Bellara et de Bettioua, on ne sera pas en surproduction. » <

Laissez un commentaire

Grand Angle

FORUM DES FEMMES JOURNALISTES D’AFRIQUE : 7 axes de réflexion pour une charte panafricaine

Bien que leurs réalités et expériences v

Grand angle -
14-03-2017
Sécurité : Menace sur l’espace euro-atlantique

La relation entre les pays occidentaux e

Grand angle -
19-02-2017
Equateur : Une présidentielle à l’issue incertaine

Quelques 12,8 millions d’Equatoriens se

Grand angle -
19-02-2017
Quatre principaux candidats pour succéder à Rafael Correa

Lenin Moreno, Guillermo Lasso, Cynthia V

Grand angle -
18-02-2017

Culture