Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 17 juillet 2017 06:00

Conflits COA- MJS : Pour Ould-Ali, le ton a changé

Écrit par Mohamed Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le bras de fer dure toujours mais les esprits se sont, quelque peu, apaisés. On ne sait pas si c’est le calme avant une éventuelle tempête mais El-Hadi Ould-Ali, ministre de la Jeunesse et des Sports, a pris un autre ton pour parler du conflit entre son département et le Comité Olympique algérien

que préside (le très contesté) Mustapha Berraf. Ce dernier devrait « faire preuve de sagesse en faisant passer l’intérêt du sport national avant le sien » et laisser son poste. Après les menaces, l’imploration ? En l’espace de quatre jours, les réponses sont devenues moins « saignantes ». El Hadi Ould-Ali avait l’habitude de tancer Mustapha Berraf mais, samedi soir, en marge de la cérémonie organisée par la wilaya d’Alger pour honorer les sportifs lauréats de la capitale au cours de l’exercice 2016-2017, il semblait très calme lorsqu’il a évoqué la crise entre sa tutelle et le COA. « Si j’étais à la place de Berraf, j’aurais déjà plié bagage pour éviter au sport national cette situation de blocage qui l’expose désormais à un avenir incertain. On a tous vu comment l’assemblée générale élective s’était déroulée, et le fait que la quasi-totalité des présidents des fédérations refusent d’intégrer le bureau exécutif du Comité olympique et recourent au Tribunal arbitral sportif (TAS), devrait donner matière à réfléchir au président du COA », a estimé le premier responsable du mouvement sportif national. Plus un conseil qu’une habituelle réprimande. On ne sait pas si c’est un aveu d’impuissance face à son « rival » de l’instance morale du sport Dz. Surtout que le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, ainsi que celui de l’ACNOA, Lassana Palenfo, avaient félicité Berraf pour sa reconduction au poste. Des appuis de qualité.

Décision du TAS attendue pour  le 20 juillet
Néanmoins, Ould Ali croit fort en le Tribunal arbitral du sports algérien (TAS) pour enlever la légitimité au boss du COA. La décision de l’organe juridique ne devrait pas tarder à être prise. D’autant plus qu’elle a longtemps traîné depuis que la chambre a été saisie, le 7 juin dernier, par les 38 représentants de fédérations contestatrices de la réélection de Berraf. « J’ai rencontré le président du TAS, Me Bachi, et je lui ai demandé d’annoncer la décision du tribunal, soit en déboutant les fédérations ou en leur donnant gain de cause. Ce n’est pas normal de laisser traîner l’affaire tout ce temps » avait indiqué Ould-Ali, mercredi passé. Seul problème, le patron du TAS algérien a été « placé » par Berraf « himself ». L’institution juridictionnelle pourrait débouter les plaignants et confirmer Berraf à son poste. « L’affaire a été mise en délibéré, et le verdict est attendu selon mes informations pour le 20 juillet », a révélé, il y a 4 jours, ce dernier. C’est pour dire qu’il suit cette affaire de très près. Qu’il est, surtout, mieux renseigné sur l’état de la « plainte » déposée contre lui. En tout cas, nous sommes à 3 jours d’une décision cruciale. Wait & see… 

Laissez un commentaire