Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 15 novembre 2017 06:00

Elle sera la grande absente du Mondial 2018 après 14 participations de rang : Après l’azur, ciel sombre pour l’Italie Spécial

Écrit par Mohamed Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ça relevait de l’inimaginable. Une coupe du Monde sans l’Italie. Cela n’est plus arrivé depuis 1958. Soixante années que la ‘’Squadra azzura’’ n’a pas manqué le tournoi planétaire. Tout le monde pensait que le handicap d’un but face à la Suède était surmontable pour les Italiens qui ont joué devant un San Siro plein à craquer lundi soir.

Mais il n’en fut rien. Un nul vierge qui a fait avorter les espoirs de rallier la Russie. Il a aussi éjecté le sélectionneur Gian Piero Ventura de la barre technique au moment où l’état d’urgence a été décrété par la fédération nationale de football (FIGC).

Quatorze éditions durant lesquelles la ‘’Nazionale’’ a eu le temps de décrocher deux titres mondiaux (1982 et 2006) en quatre finale disputées (1970 et 1994) avec 6 figurations dans le carré d’as. L’Italie est une grande nation du foot. Mais l’Italie ne sera pas parmi le gotha mondial qui animera le 21e opus de la CDM prévue en terres russe l’été prochain. Un véritable cataclysme pour la balle ronde mondiale en général et l’Italie en particulier.
Depuis le sacre de 2006 en Allemagne face à la France, le « sport à onze » transalpin était à la recherche de constance au Mondial. Son bilan était alarmant avec deux éliminations dès le premier tour en 2010 et 2014 en Afrique du Sud et Brésil dans l’ordre. Les signaux étaient au rouge. Néanmoins, au niveau continental, les copies n’étaient pas désastreuses. Notamment avec cette finale de l’Euro 2012 perdue face à l’injouable Espagne (4 buts à 0). S’y ajoutent deux qualifications en quarts de finale en 2008 et 2016.
Des résultats auxquels s’ajoutent les 4 finales des clubs de ‘’Serie A‘’ en Ligue des Champions UEFA. Deux décrochées par le Milan AC (2007) et l’Inter Milan (2010) ainsi que les deux autres que la Juventus Turin n’a pas pu brandir en 2015 et 2017 privant le gardien Gianluigi Buffon de remporter la C1 qui manque à son palmarès.


Le rêve brisé de «Gigi»
En parlant du portier ‘’Gigi’’, cette élimination vient sonner la fin de sa carrière internationale. Lui qui aspirait à battre le record de participation au Mondial avec une éventuelle 6e présence dans l’épreuve prestigieuse. Le rêve s’est brisé et le dernier rempart de la sélection quadruple championne du monde a versé des larmes d’adieu après le camouflet.
«On a vraiment failli à quelque chose qui même au niveau social est très important. On n’a pas réussi à la faire. C’est malheureux. Je suis triste de finir comme cela. C’est comme ça. Je suis malheureux que pour mon dernier match officiel avec la sélection, l’aventure se termine par une non-qualification pour la Coupe du Monde. On ne les a pas sous-estimés. Ceux qui ont joué cette partie savent ce que ça veut dire de jouer cette équipe de Suède. Ils mettent énormément d’impact. C’est dur de les affronter. On n’a pas réussi à être meilleurs. (...) Les fautes sont partagées équitablement entre tous. Il ne doit pas y avoir de boucs émissaires », a estimé, les yeux rougis, le keeper de 39 ans (175 sélections) qui n’a pas oublié de demander « pardon » au peuple. Le soutien, Buffon le trouvera certainement car il a beaucoup donné à son équipe nationale. En tout cas, un autre monument, son homologue espagnol Iker Casillas, lui a rendu un vibrant hommage : « Je n’aime en aucun cas te voir comme ça ! Je veux te voir comme tu es pour beaucoup de personnes : une légende. Fier de t’avoir rencontré et affronté à de nombreuses reprises. Nous devons encore en profiter lors d’un match amical ! », a publié le double-champion d’Europe et champion du Monde avec la « Roja » sur son compte Twitter.
Outre le géant de la « Juve », trois joueurs l’ont imité dans la foulée de l’élimination face à la Suède. L’expérimenté milieu de terrain Daniele De Rossi, les deux défenseurs Andrea Barzagli ainsi que Giorgio Chiellini ont mis fin à leur carrière internationale.


État d’«emergenza»
Si l’échec est collectif, le public présent de San Siro a trouvé le coupable de ce dénouement apocalyptique. Il s’agit du sélectionneur Gian Piero Ventura. Les travées de l’enceinte milanaise ont clairement réclamé son départ avant la fin de la partie en lançant des chants hostiles à son encontre et des insultes.
Il faut dire que le successeur d’Antonio Conté n’a jamais convaincu. Ni lors du match aller. Ni le match retour. Son onze a suscité nombreuses incompréhensions ainsi que ses choix tactiques fortement décriés. La scène avec Daniele De Rossi illustre l’égarement du driver. Lorsqu’il a demandé au Romain de partir s’échauffer pour entrer en jeu, De Rossi a tout simplement refusé de le faire. Non pas parce qu’il a voulu faire la star. Mais c’est parce qu’il voulait que son entraîneur face entrer Lorenzo Insigne étant donné qu’il est plus offensif. Une séquence qui a fait le tour de la Toile.
Pas le temps de revenir sur cet ‘’incident’’pour Ventura qui a déposé sa démission dans la foulée même s’il avait déclaré dans un premier temps que « ça ne dépend pas de moi, je ne suis pas dans l’état d’esprit d’affronter cette question. On va se voir, je dirai ce que j’ai à dire, et j’écouterai. Tout ce qui en sortira sera accepté.»


La FIGC cherche une politique à sa botte
En tout cas, la Fédération italienne de football (FIGC)a prévu une réunion aujourd’hui à Rome pour ‘’faire une analyse approfondie et décider des choix à venir’’, comme annoncé mardi par Carlo Tavecchio, le patron de la FIGC. « Nous sommes profondément marqués et déçus par cette non-qualification pour le Mondial. C’est un échec sportif qui nécessite des solutions partagées par tous et c’est pour ça que j’ai convoqué demain une réunion avec toutes les composantes fédérales, pour faire une analyse approfondie et décider des choix à venir », a déclaré Tavecchio. Une procédure à l’opposé de ce qui se fait chez nous. Ce qui est sûr, c’est que, ailleurs, on tire les leçons des échecs alors qu’en Algérie, on donne les leçons sans les appliquer pour soi. À méditer. 

Dernière modification le mercredi, 15 novembre 2017 00:32

Laissez un commentaire