Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 13 janvier 2018 06:00

Boxe : Ahmed Dine à la barre technique des Verts

Écrit par Saïd B.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ahmed Dine, l’un des meilleurs pugilistes de l’histoire de la boxe algérienne, vient d’être désigné sélectionneur de l’Equipe nationale (séniors hommes) de la discipline en remplacement Brahim Béjaoui, actuellement directeur des équipes nationales (DEN) à la Fédération algérienne.


Le nouveau sélectionneur des pugilistes algériens aura comme objectif la préparation des Jeux méditerranéens de Tarragone, en Espagne, l’été prochain et les Jeux olympiques de Tokyo, en 2020. Cette nomination du successeur de Béjaoui est différemment appréciée par des observateurs et spécialistes.
Les uns espèrent qu’elle permettra aux internationaux de travailler loin de toute « pression psychologique » qui a été d’ailleurs pour beaucoup dans leurs mauvais résultats de l’année écoulée.
Par contre, d’autres se déclarent quelque peu « pessimistes » avec la présence du DEN qui lui a été montré du doigt par certains boxeurs expérimentés qui ont même observé une grève des entrainements pour demander son départ alors qu’il était coach national. Et c’est justement ce qui explique pourquoi le président de l’instance fédérale, Abdeslam Draâ, a tenu à faire appel à l’ensemble des acteurs de la boxe algérienne, notamment les boxeurs de l’élite nationale, à travailler « la main dans la main » pour redonner à cette discipline son lustre d’antan. «Nous devons dépasser toutes nos divergences afin de rassembler la famille de la boxe, cette discipline qui a tant donné à l’Algérie », rejetant par la même occasion toute « pression de la part de quiconque » pouvant nuire à la stabilité de l’instance fédérale, a-t-il assuré. Et c’est ce qui nous fait rappeler ce qui s’est passé entre certains internationaux et leur coach Brahim Bedjaoui au mois d’avril dernier.


Bedjaoui contesté par certains internationaux
En effet, le coach Brahim Bedjaoui avait convoqué pas moins de 24 pugilistes pour préparer les Jeux de la Solidarité islamique à Bakou (Azerbaïdjan). Mais, coup de théâtre, certains boxeurs, expérimentés, sont sortis de leur mutisme, fustigeant ce même coach national demandant simplement et purement son remplacement. La réaction du concerné a été rapide : pour punir ces pugilistes ayant dénoncé ses comportements, Bejdaoui décide de changer à la dernière minute l’équipe pour ne prendre que des jeunes à cause de ce conflit entre lui et les anciens boxeurs internationaux, à l’image d’Abbadi, Benchebla et Chadi. Et à la veille des Jeux islamiques, le président de la FAB, à ce moment-là Nehassia, a déclaré que «ce qu’ils ont fait est vraiment regrettable». «Ils ont cru bien faire mais ils se sont trompés lourdement. Il ne leur appartient pas de désigner ou de dégommer l’entraîneur national, alors qu’il n’y a que le ring qui peut faire la différence entre boxeurs. Nous sommes une fédération amateur et en vertu de ce statut, ils ne peuvent pas choisir comme il leur plaît le coach national.
Ce n’est nullement de leur ressort, ils ne peuvent pas le faire ». Le président de la FAB avait même demandé aux boxeurs de présenter leurs excuses à leur coach national. Mais les résultats de Bakou donnent raison aux boxeurs.
Dans ces Jeux et sur les 9 boxeurs en lice, seul Oussama Mordjane (52 kg) a sauvé l’honneur de la boxe algérienne avec une maigre médaille de bronze. Ce résultat négatif, compte tenu des objectifs annoncés, a engendré des conséquences dont celle du retrait de confiance au président de l’instance sportive du noble art algérien.

 

Retour au calme
Et ce n’est qu’après l’élection de M. Draâ que le calme est quelque peu revenu au sein de la discipline. D’où la «bonne nouvelle pour certains» car la Fédération algérienne de boxe vient de désigner Ahmed Dine à la tête de l’équipe nationale de boxe (seniors messieurs), comme l’a annoncé le président de l’instance fédérale, Abdeslam Draâ. «Nous avons décidé de confier les rênes de l`équipe nationale seniors à Ahmed Dine, assisté de Belounis Slimane et Hafid Boubekri, un staff technique homogène qui connaît très bien la maison de la boxe algérienne. Les trois entraîneurs sont actuellement en stage au complexe sportif de Sveltesse à Chéraga (Alger) pour préparer les prochaines échéances africaines et internationales», a précisé Draa lors d’une conférence de presse animée à la maison de Fédération à Dely-Brahim (Alger).
Si on reprochait à l’ancien président de prendre des décisions en « cavalier seul », cette fois-ci, la précision du président de la fédération est de taille : «Cette décision, dit-il, a été prise à la majorité absolue lors d’une réunion du bureau fédéral de la FAB et en présence de l’ensemble de ses membres, et ce, après avoir soumis les noms au ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS).»
Si certains estiment que la présence de l’ex-coach national à la tête de la DEN pourrait être mal prise par certains de ses anciens boxeurs qui l’ont contesté en tant que coach national, au niveau de la fédération, on reste tout de même bien optimiste. D’ailleurs, le changement au niveau des différentes sélections nationales de boxe avait été décidé lors du collège technique national de la Fédération algérienne de boxe (FAB) qui s’est tenu le mois d’octobre 2017 au Complexe sportif de Sveltesse à Chéraga (Alger). Ce qui veut dire que tout a été fait d’une manière collégiale. Pourvu que ça dure surtout pour que notre noble art retrouve toute sa verve et son aura aussi bien à l’échelle régionale, continentale qu’internationale.

Laissez un commentaire