Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 13 février 2018 06:00

Selon le ministre des Travaux publics et des Transports : Le coût du fret baissera à 15% à l’horizon 2025

Écrit par Rachid Beldi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le coût du fret va baisser progressivement pour atteindre 15% du coût de la marchandise en 2025, contre 35% actuellement, a indiqué hier le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, en marge de l’inauguration de la 5e édition du Salon international des transports, de la logistique et de la mobilité «Algeria Infrastructure 2018», qui se tient du 12 au 14 février au Palais des expositions de la Safex (Pins Maritimes - Alger).

Inscrivant cette initiative dans le cadre d’une dynamique économique à devoir instaurer, dans le souci, des pouvoirs publics, d’amplifier les échanges commerciaux et, partant, de l’augmentation de la production, le ministre dira que cette initiative passera par plusieurs projets que son département compte mener en matière de transport et de logistique. «Ces projets, entre autres, visent à réaliser les objectifs que s’est fixés le département, entre autres la réduction des charges logistiques, qui passeront de 35% à 15% du coût des marchandises à l’horizon 2025», a promis M. Zaâlane, à l’occasion d’un rendez-vous marqué par la présence de nombreux représentants des activités de transport et des infrastructures portuaires. Le ministre ne ratera pas l’occasion de ce Salon pour insister, une nouvelle fois, sur les progrès réalisés par l’Algérie en matière de transport et de logistique à travers, notamment, la modernisation et l’élargissement des ports commerciaux, le raccordement des ports aux réseaux de transport, le raccordement des zones industrielles et des zones d’activité et de nombreuses entreprises de production aux réseaux ferroviaires, la réalisation des centres de fret au niveau des aéroports ainsi que l’ouverture du transport aérien et maritime aux marchandises pour les opérateurs nationaux.


Projet d’une ligne de métro fondue sur 19,37 km
Sur un autre registre, celui des transports collectifs, l’Entreprise du métro d’Alger (EMA) a saisi l’opportunité d’«Algeria Infrastructure 2018» pour présenter un projet baptisé «La nouvelle ligne 3 pour le métro d’Alger». Il s’agit d’une ligne fondue, de 19, 37 km et 13 stations, inscrite dans le plan directeur du métro et tramway, qui verra le déploiement de 37 stations à l’horizon 2025. Cette ligne relève du souhait des trois entreprises Cosider, VSL et Alstom de «mettre en commun leur savoir-faire pour concevoir une solution de métro innovante», a expliqué le dDirecteur général de l’EMA, Mahdy Rouibi, ajoutant que cette nouvelle ligne «permettra d’alléger le trafic routier en reliant Kourifa (gare centrale) à El Bahdja (Ouled Fayet), en passant par la Halte des Ateliers, les Quatre-Chemins, Jolie Vue, Aïn Naâdja, Les Sources, Saïd-Hamdine, Hydra, Cité Malki, Ben Aknoun, Aïn Allah et Parc Dounia». La solution présentée par les trois entreprises pour la future ligne est, en outre, basée sur «Axonis, une solution modulaire de métro sans conducteur de dernière génération, préservant au maximum les infrastructures existantes », a expliqué M. Rouibi. Elle sera, selon le même responsable, déployée en viaduc, le long de la Rocade Sud (RN5), et absorbera une part significative du trafic routier actuel. Pour rappel, «Algeria Infrsatructure 2018» est organisée par l’agence Symbiose Communication Environnement (SCE). Ce rendez-vous réunit une centaine d’exposants issus de plusieurs pays, dont l’Afrique du Sud, la Chine, la France, la Suisse et les Pays-Bas, pays qui participent en qualité d’invités d’honneur. Cette manifestation annuelle tend à devenir une tradition dans une conjoncture marquée par de remarquables avancées en matière de transport et de logistique réalisées en Algérie , avec quelque 3 000 milliards de dinars investis depuis 1999 dans les infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires. Une enveloppe colossale qui, faut-il le préciser, représente annuellement 3% du Produit intérieur brut (PIB). 

Laissez un commentaire