Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 17 avril 2018 06:00

Talaie El Hourriyet : Benflis prépare une rencontre nationale de l’opposition

Écrit par NADIA BELLIL
Évaluer cet élément
(0 Votes)
« Nous sommes obligés de nous rencontrer avec les formations de l’opposition, les personnalités politiques, les syndicats autonomes ainsi que des organisations de la société civile et de nous entendre sur une sortie de crise du pays », a déclaré, hier, Mohamed Adimi, le porte-parole du parti d’Ali Benflis à Reporters.
Relevant que son parti a entrepris actuellement des « contacts avec l’ensemble des acteurs de l’opposition », Adimi annonce que l’objectif final étant d’organiser une rencontre nationale de l’opposition.
«Nous sommes actuellement en train de consulter toutes les forces vives de la Nation souhaitant un changement pacifique dans notre pays. L’objectif est de tenir une rencontre nationale de l’opposition pour débattre de l’impératif d’un changement pour la démocratisation de notre pays», soutiendra-t-il à ce propos. Mohamed Adimi précisera que son parti prône le dialogue, « car étant convaincu que quelle que soit sa gravité, la situation n’est pas désespérée». Il fera observer que « le recours au dialogue fédérateur avec l’ensemble de la classe politique permettra de conforter le front interne sur tous les plans ». Aussi, et tout en refusant de rendre publics les sigles des partis ainsi que les personnalités politiques contactées par Benflis, Adimi soutient que «les acteurs politiques sont favorables à une rencontre nationale de l’opposition ».
Selon lui, « les gens souhaitent et veulent prendre part au changement car ils sont conscients de la situation grave dans laquelle se trouve le pays sur tous les plans». Insistant sur le rôle « constructif » des partis d’opposition, il estimera qu’ils doivent « demeurer une force de proposition en vue d’aboutir à l’ouverture d’un dialogue global et inclusif». « Nous devons mettre les différends de côté et adhérer à une approche collective pour une véritable sortie de crise de notre pays ». A plus forte raison, il dresse un tableau peu reluisant de la situation du pays.  C’est ainsi que sur le plan économique, le responsable a déclaré que les gouvernements qui se sont succédé ont échoué parce qu’ils étaient incapables de relancer les réformes urgentes et nécessaires par manque de courage politique ». Evoquant la situation des syndicats, il soutiendra que « le monopole syndical empêche les travailleurs de choisir librement leurs représentants légitimes pour défendre leurs droits». De son avis, « les pouvoirs publics refusent de reconnaître les syndicats autonomes comme des partenaires sociaux au mépris du principe du pluralisme syndical consacré par la Constitution ». Sollicité à propos du débat actuel sur la présidentielle de 2019, Adimi a tout simplement estimé qu’il est « prématuré ».

Laissez un commentaire