Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 17 avril 2018 06:00

Il a annoncé une série de grèves et sit-in à partir du 23 avril : Création du collectif des adjoints et assistants de l’éducation

Écrit par Samira Dekkiche
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Assistants et adjoints de l’Education nationale, affiliés au SNTE et à l’UNPEF, ont annoncé la création de leur propre collectif, sous la bannière duquel ils mèneront leur agenda revendicatif, d’ores et déjà ficelé.
Réunis le 14 avril dernier, ils ont annoncé, dans un communiqué qui a sanctionné la rencontre, la tenue d’un premier mouvement de grève national le 23 avril prochain, accompagné de sit-in devant les directions de l’éducation du pays.
Le collectif compte organiser une seconde action de même envergure, le 2 mai prochain, avant de passer la vitesse supérieure, en boycottant carrément la rentrée 2018/2019.
Cette décision est motivée par la publication, jugée «provocatrice», par la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, du décret présidentiel 14/266 portant grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires.
Une  nouvelle grille qui devrait faire bénéficier aux travailleurs du secteur de promotions qui concerneront l'ensemble des catégories, à savoir les enseignants des trois cycles (primaire, moyen et secondaire) outre les fonctionnaires, conseillers de l'éducation, directeurs et inspecteurs. Or, le collectif estime que cette révision «est partielle et sélective» dénonçant leur «exclusion».
Selon eux, le décret touche huit filières du secteur de l’éducation et 21 corps sur un total de 28, et 26 grades sur un total de 46.
Autre raison d’être de ce nouveau collectif, obtenir la régularisation définitive des grades en voie de disparition (adjoints et adjoints principaux), par leur transfert automatique à des postes budgétaires d’assistants de l’éducation et la valorisation de l’expérience, entre autres. Ils veulent également que leur tutelle se penche et règle le dossier des adjoints de l’éducation recrutés en 2002 dans les régions de Saïda, Tissemsilt, Relizane, Tiaret et Skikda.
Cela dit, la grève annoncée du Collectif des adjoints et assistants de l’éducation pour le 23 avril n’est pas un cas isolé dans le secteur de l’éducation, mais fait partie d’une série de grèves et de protestations enclenchée depuis le début de l’année.
Des mouvements qui ont déstabilisé les cours de cette année scolaire marquée par la grève de Cnapeste, qui a duré plus de trois mois dans les wilayas de Béjaïa, Tizi Ouzou et Blida. Les syndicats du secteur disent lutter pour des revendications socioprofessionnelles, quitte à s’éloigner des objectifs pédagogiques, qui ont rarement constitué une revendication.

Laissez un commentaire