Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 17 avril 2018 06:00

Accord Opep-non Opep pour la réduction de la production : Le Koweït et Oman appellent à poursuivre la coopération

Écrit par Feriel Nourine
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Après avoir culminé, la semaine dernière, à son plus haut niveau depuis décembre 2014, le pétrole entamait, hier, la semaine avec des échanges en baisse par rapport à la clôture de vendredi.

Vers 14h00 GMT (16h00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 71,92 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en recul de 66 cents par rapport à la clôture de vendredi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» pour l’échéance de mai perdait 69 cents à 66,70 dollars une heure après son ouverture. Cette tendance baissière s’explique par la baisse des tensions géopolitiques au Moyen-Orient après que les Etats-Unis et leurs alliés français et britannique eurent décidé d’exécuter leur salle besogne de tirer des missiles sur la Syrie durant le week-end passé. «Maintenant que les craintes se sont apaisées, l’or noir recule», note Connor Campbell, analyste pour Spreadex. Néanmoins, les tensions au Moyen-Orient ne sont pas totalement dissipées et, dans cette logique, les prix devraient restés soutenus, rétorquent d’autres analystes. Dans son rapport publié vendredi dernier, l’Agence internationale de l’énergie avait souligné que l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) était en passe de réussir son pari de rééquilibrer les cours. L’organisation, associée à d’autres producteurs non-membres de l’Opep, dont la Russie, a décidé fin 2016 de limiter sa production afin de résorber les stocks excédentaires et tenter ainsi de redresser le prix. Hier, le Koweït et Oman ont appelé à la poursuite de la coopération dans le cadre de l’accord de réduction qui durera jusqu’à la fin de l’année en cours. «J’appelle les signataires de l’accord, ces 24 pays de l’Opep et non Opep, à poursuivre le dialogue (...) et à maintenir les conditions du marché», a dit devant la presse le ministre omanais du Pétrole, Mohamed ben Hamad al-Romhi, dont le pays n’est pas membre de l’organisation. Il a aussi plaidé en faveur d’une amélioration de «la collaboration et du travail collectif pour assurer la sécurité de l’offre pour les consommateurs et la sécurité de la demande pour les producteurs». Selon le ministre koweïtien du Pétrole, Bakheet al-Rasheedi - dont le pays est membre de l’Opep -, les producteurs sont en bonne voie de rétablir la stabilité du marché. «L’année dernière, il y avait un surplus de 340 millions de barils de pétrole. Fin février, le surplus est tombé à 50 millions de barils et nous croyons être sur le bon chemin pour s’en débarrasser», a-t-il dit. La coopération entre membres et non-membres de l’Opep sera passée en revue lors d’une réunion de l’Organisation en juin, selon M. Rasheedi. «Les conditions du marché vont déterminer si l’accord est prolongé après 2018 ou pérenniser, afin de soutenir le marché sur le long terme», a-t-il ajouté.  L’entente sur le long terme a déjà eu les faveurs de l’Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole. L’accord conclu en 2016 a permis de surmonter «le pire cycle dans l’histoire du pétrole», a pour sa part affirmé le secrétaire général de l’Opep, Mohammed Barkindo. Un «nouveau chapitre est en train d’être écrit» par les pays membres et non membres de l’Opep afin de poursuivre la coopération, a-t-il argué. «Dans les mois prochains, nous allons examiner la possibilité d’institutionnaliser» cette coopération sur le «long terme», a également confirmé M. Barkindo. A noter, le Comité ministériel conjoint des membres et non-membres de l’Opep, chargé de veiller au respect de la diminution de la production, se réunit à Jeddah, en Arabie saoudite, vendredi prochain.

Laissez un commentaire