Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 17 juillet 2017 06:00

Suite à ses interdictions des conférences littéraires organisées par une association culturelle locale : La chef de daïra d’Aokas mise à l’index

Écrit par CHAFIK AÏT M’BAREK
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Tout le monde s’interroge à Aokas sur la décision d’interdiction de la conférence que devait animer le 8 juillet l’écrivain Armand Vial, alors que celui-ci a tenu une rencontre similaire à Béjaïa-ville


Des dizaines de citoyens issus de divers horizons, dont des membres de l’association culturelle Azday Adelsan et des amis du café littéraire d’Aokas, ont observé, hier matin, un rassemblement devant le siège de la daïra pour « dénoncer l’interdiction systématique » des conférences littéraires organisées localement ces derniers mois.
La chef de daira d’Aokas,
Mme Talbi Malika, en sa qualité de première responsable de cette ville côtière, a été mise à l’index par les manifestants qui l’accusent de « faire de l’excès de zèle ». De ce fait, ils lui réclament des «explications » sur l’interdiction qui frappe l’organisation des conférences du café littéraire au niveau de leur localité.
Selon un membre de l’association Azday Adelsan, des représentants ont été reçus par la chef de daïra mais aucune explication n’a été fournie quant aux vraies raisons ayant motivé l’interdiction des conférences. « Elle s’est contentée d’expliquer que les autorisations émanent de la wilaya et que les refus ne sont pas notifiés localement», nous a-t-il confié.
Tout le monde s’interroge à
Aokas sur la décision d’interdiction de la conférence que devait animer le 8 juillet l’écrivain Armand Vial, alors que celui-ci a tenu une rencontre similaire à Béjaïa-ville, autour de son roman « Mon chemin de terre ». Sur ce cas, la chef de daïra d’Aokas aurait affirmé que la même conférence a été organisée à Béjaïa «sans autorisation » au préalable.
À noter que l’action de protestation organisée, hier, est intervenue au lendemain de l’interdiction d’une conférence que devait animer la veille, l’écrivain Zoubir Zerarga autour de son roman « Le montagnard au grand nez ».
« C’est à ne rien comprendre. C’est sa première expérience dans le monde littéraire et on l’interdit de tenir une conférence », déplore Hafit Zaouche, élu RCD à l’APW de Béjaïa et ami du café littéraire. Et d’ajouter « comment peut-on interdire des conférences à des auteurs dont les œuvres se vendent librement dans toutes les librairies du pays ? ».
Rappelons que depuis le mois de janvier passé, de nombreux auteurs et chercheurs universitaires se sont vu interdire d’animer des conférences organisées par le café littéraire d’Aokas.
Il s’agit, entre autres, de Larbi Yahioun qui devait animer une conférence sur « La Langue kabyle dans la littérature et la science », Benhaimi Loubna, sur « Les mythes fondateurs des sociétés », Hebbache Yacine autour de son livre « Matoub Lounès : le chemin de la légende », Younes Adli sur le thème de « La pensée kabyle »… n

Dernière modification le dimanche, 16 juillet 2017 22:44

Laissez un commentaire