Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 17 mai 2017 21:47

Filière ciment : Qalaa Holding cède l’ensemble de ses actifs dans Asec Cement Algeria

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Qalaa Holding, un groupe égyptien de Capital Investissement, a annoncé avoir cédé l’ensemble de ses actifs en Algérie à un investisseur algérien pour la coquette somme de 60 millions de dollars. L’information, livrée par l’agence Reuters, ne précise toutefois pas les termes de l’accord ni l’identité du repreneur.


La transaction porte en fait sur les actifs du groupe détenus dans Asec Cement Algeria (cimenterie de Zahana). Qalaa Holding avait annoncé, au mois d’octobre dernier, avoir cédé la cimenterie de Djelfa, une cimenterie en construction, aux deux groupes de travaux publics algériens ETRH Haddad et KouGC. Il a fait part de sa volonté de céder ses actifs algériens dès 2014, les considérant comme non rentables. C’est en 2008 que le cimentier égyptien a pris 35% des actions de la cimenterie publique Zahana pour 32 millions de dollars. Il s’est engagé sur un projet de réalisation d’une nouvelle usine de production sur le même site pour un investissement de 30 millions de dollars. Il voulait, en réalité, augmenter la capacité de production de l’usine, alors d’environ 800 000 tonnes par an à 2 millions de tonnes par an. Six ans après, cette capacité de production n’a pas augmenté et seuls des travaux de génie civil pour la réalisation d’un nouveau broyeur en vue de relever la production de clinker à 1 million de tonnes et celle de ciment à 1,2 million de tonnes ont été achevés. Qalaa Holding semble ainsi se retirer progressivement d’un secteur d’activité (ciment) non essentiel à sa stratégie globale d’investissement à l’international. La filière du ciment fait partie des 110 segments d’activités inscrits sur une liste négative établie par le décret d’application de la nouvelle loi sur l’investissement.
La liste négative est un fichier contenant les données relatives aux filières saturées qui ne sont plus éligibles à l’aide à l’investissement. Le soutien à l’investissement sera désormais réorienté vers des branches utiles et dont a besoin l’économie nationale. Le pays a investi massivement, ces dix dernières années, dans ce secteur. La filière, en difficulté au début des années 2000, se porte bien aujourd’hui, tirée vers le haut par des projets en série dans le BTPH. Dans cette embellie, certains groupes, à l’image du groupe industriel des ciments d’Algérie (Gica) et de Lafarge Holcim Algérie, font figure de pépites. Gica avait l’ambition de résorber le déficit en ciment estimé à plus de quatre millions de tonnes par an avec l’entrée en production de deux nouvelles extensions de cimenteries à Sétif et à Chlef. Les deux extensions, dans les cimenteries d’Aïn El Kébira à Sétif et de Chlef, apporteront chacune environ deux millions de tonnes par an. Lafarge Holcim Algérie est le leader des matériaux de construction. Il couvre un large spectre d’activités dans les matériaux de construction, agrégat, ciment, mortier, granulat, béton, plâtre, sac, logistique et distribution ». Lafarge Holcim Algérie possède 2 cimenteries à M’Sila et Oggaz et opère en partenariat avec le Groupe industriel Souakri Cilas Biskra pour une capacité totale de 11,5 millions de tonnes par an. Et il gère en partenariat avec le Gica la cimenterie SCMI Meftah d’une capacité de 1,5 million de tonnes par an. La courbe ascendante de la production ajoutée aux restrictions à l’importation ont fait que les importations de matériaux de construction (ciment, fer et acier, et produits en céramique) aient baissé en valeur et en quantité en 2016.
En termes chiffrés, elles se sont établies à 2,1 milliards de dollars contre 2,57 milliards de dollars en 2015, (-18,1%). Les quantités importées ont diminué de 11,74% en 2016 à 9,8 millions de tonnes, selon le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis). Par catégorie de produits, le pays a importé pour 306,1 millions de dollars de ciment (non pulvérisé, portland, alumineux, hydraulique...) en 2016, contre 474,3 millions de dollars en 2015, soit un recul de… 35,45%. En volume, les quantités importées de ciment ont baissé, en passant à 4,8 millions de tonnes contre 6,6 millions de tonnes en 2015, soit une chute de 27,41%. <

Dernière modification le mardi, 16 mai 2017 22:53

Laissez un commentaire