Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 15 juillet 2017 06:00

Réorganisation de l’industrie de l’automobile : Le nouveau cahier des charges «dans quelques jours»

Écrit par Mariam Houali
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Mahdjoub Bedda, a réaffirmé la volonté du Gouvernement à en finir une fois pour toutes avec les «importations déguisées des véhicules » via l’assemblage de voitures.


« L’importation déguisée, c’est terminé en Algérie », a encore martelé, jeudi dernier, M. Bedda, dans une déclaration à la Chaîne III de la Radio nationale tout en notant que le secteur de l’industrie automobile nécessite une réorganisation pour encourager et attirer les investisseurs et ne pas se limiter à l’importation. A cet effet, a assuré le ministre, une commission est actuellement en train de travailler sur la révision de l’actuel cahier des charges qui comporte « des failles ». « On doit revoir notre politique dans ce secteur ».
« Les travaux de ladite commission arrivent à terme et un nouveau cahier des charges sera près dès la semaine prochaine », a annoncé dans la foulée Mahdjoub Bedda, selon qui, à travers cette démarche, « nous donnons un signal fort aux investisseurs qui veulent travailler (…) ».
Le ministre n’a cessé de réitérer, ces derniers jours, la détermination de son département d’en finir avec
« l’importation déguisée » qui caractérise l’industrie automobile naissante en Algérie. D’où la nécessité de réviser la réglementation sur laquelle repose, actuellement, cette activité.
L’évaluation de la filière du montage de véhicules a fait ressortir qu’il existe « une forme d’importation déguisée et que le taux d’intégration nationale n’a pas atteint l’objectif escompté», a déjà affirmé, début juillet, Mahdjoub Bedda dans une déclaration à la presse en marge de la clôture de la session parlementaire ordinaire de l’année 2016-2017. L’évaluation préliminaire effectuée par le ministère, concernant cette activité, relève, en effet, si l’on croit les différentes déclarations faites dans ce sens, « plusieurs dysfonctionnements dont le prix exorbitant des véhicules par rapport aux années précédentes ». « Le Trésor a des manques à gagner, outre le fait que les projets actuels de montage de véhicules n’ont pas réussi à créer le nombre d’emplois fixé », a-t-il notamment relevé. «Il est nécessaire de mettre un terme au mode actuel de production dans ce secteur, étant donné que la majorité des entreprises de montage de véhicules n’ont pas atteint les objectifs assignés, notamment en matière d’intégration locale», a estimé Mahdjoub Beda.
Pour rappel, le montage des véhicules en Algérie a débuté fin 2014. Le pays compte actuellement trois usines de production de véhicules touristiques, Renault, Hyundai, Volkswagen Group, et deux autres de production de véhicules utilitaires, Mercedes-Benz, Hyundai Trucs & Bus.
Plusieurs concessionnaires sont actuellement en négociations avec des marques étrangères pour la réalisation d’usines de fabrication de voitures en Algérie. Le nouveau cahier des charges régissant l’activité des concessionnaires automobiles, paru en avril 2015, oblige les opérateurs du secteur à exercer une activité industrielle en rapport dans un délai de moins de trois ans. Cependant, il s’est avéré que ce même cahier des charges n’a jamais été respecté. Le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune l’a clairement fait savoir. Ce dernier est prêt à aller, selon des médias, jusqu’au redressement fiscal afin de « récupérer les sommes faramineuses octroyées dans des projets industriels qui ne le sont pas réellement ». Ainsi, il est question de supprimer les avantages fiscaux et les exonérations douanières de cinq ans promises aux « industriels algériens et étrangers ». 

Dernière modification le vendredi, 14 juillet 2017 20:42

Laissez un commentaire