Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

lundi, 12 février 2018 06:00

Marché des changes : Le dinar perd encore de sa valeur

Écrit par Rachid Bouarroudj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La valeur du dinar adossée à celles du dollar et de l’euro a encore cédé, cette semaine, à la faveur de la publication, hier, par la Banque d’Algérie, des cotations hebdomadaires des billets de banque.


La valeur du dollar est fixée à 112,34 DA à l’achat et à 119,20 DA à la vente, tandis que celle de l`euro est de 137,87 DA à l’achat et de 146,30 DA à la vente. Une semaine plus tôt, la parité du dollar était fixée à 111,51 DA à l’achat et à 118,32 DA à la vente alors que la valeur de l`euro était de 139,44 DA à l’achat et de 147,97 DA à la vente. Pour la comparaison et, sans doute, mieux mesurer le fossé qui s’est creusé entre la monnaie nationale et les principales devises avec lesquelles l’Algérie commerce, il y a un an, à la même période de cotation, la valeur du dollar était fixée à 108,26 DA à l’achat et à 114,87 DA à la vente, et celle de l’euro à 115,25 DA à l`achat et 122,30 DA à la vente. Si le dollar profite encore de son statut de valeur refuge dans un marché toujours ébranlé par les fortes turbulences traversées par les grandes places financières mondiales en début de semaine, la monnaie nationale, elle, continue d’être régie par l’épaisseur des réserves de changes du pays : plus celles-ci baissent, plus il faut lester le dinar afin de produire un effet haussier sur la valeur de nos réserves, avec lesquelles le pays continue de monnayer ses besoins. Il était question, il y a deux ans, de recourir à d’autres monnaies afin de préserver autant que possible les réserves du pays, mais l’idée d’utiliser de la monnaie chinoise pour libeller nos achats avec la Chine est manifestement restée sans suite ! Pourtant, la Banque d’Algérie avait «exigé» des banques d’obliger les importateurs qui achètent auprès des Chinois de payer en yuan afin de freiner les risques liés aux changes. Une chose est sûre, le dinar risque encore de céder de sa valeur, surtout si l’on se réfère aux récentes déclarations du ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi, qui a admis que le «dinar était encore surcoté». Fin janvier, il affirmait que «le dinar était surcoté sur la place officielle et son véritable niveau est probablement plus proche de celui du marché parallèle», affirmant qu’«il faudrait que l’institution d’émission, qui gère la parité du dinar, travaille davantage à ce que les deux taux se rapprochent». Cela signifie que le dinar connaîtra de nouvelles baisses par rapport au dollar et à l’euro jusqu’à le rapprocher du taux «parallèle». 

Laissez un commentaire