Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

lundi, 12 mars 2018 06:00

Avec seulement 4 millions de dollars d’exportation : L’industrie du liège en attente d’un plan de relance

Écrit par Fayçal Djoudi
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Avec 4 millions de dollars d’exportation, la filière du liège reste sous-valorisée au vu de ses énormes potentialités. Pour y remédier, le ministère de l’Agriculture vient de lancer un programme pour la redynamiser.


Pour en parler, le président-directeur général du Groupe génie rural (GGR) de Blida, Mahfoud Boucekka, rappelle d’abord que, de par le monde, sept pays seulement produisent du liège. À leur tête le Portugal, puis l’Espagne, suivis, en 3e position, de l’Algérie, avec une surface de 414 000 ha de subéraie, soit un taux de 18% de la production mondiale. «Durant l’année 2017, l’Algérie a exporté précisément pour 4 551 603 dollars de liège, dont 230 508 dollars à l’actif du GGR et le reste assuré par des opérateurs privés», informe M. Boucekka. «Une grande partie des exportations dans ce domaine est représentée par des bouchons et isolants en liège», ajoute-t-il, reconnaissant au passage que les performances de la filière sont «très faibles au vu de ses énormes potentialités» et que cette richesse nationale «n’est pas exploitée comme il se doit». Il fera part de la démarche engagée par son Groupe en vue d'une exploitation idoine» de cette ressource naturelle «rare et noble», à travers le soutien aux entreprises qui en relèvent, d’autant plus que la demande sur le liège et ses dérivés est «en constante hausse à l’échelle mondiale».
L’objectif, à terme, selon lui, est de «réaliser un chiffre d’affaires plus important, conformément aux orientations du gouvernement préconisant une hausse des exportations hors hydrocarbures».
Actuellement, compte tenu de la crise économique, «il est primordial d’instaurer une vraie réflexion pour développer l’investissement dans le secteur forestier, et plus particulièrement dans celui du liège », a-t-il indiqué. Ainsi, un plan d’action ambitieux, dont la mise en œuvre a été entamée début 2018, a été initié par le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, pour protéger et valoriser cette ressource naturelle avec l’implication de toutes les parties concernées.
Cette stratégie de développement de la filière liège, s’étalant sur plusieurs années, prévoit des actions de repeuplement et de reboisement, parallèlement à la formation d’une main-d’œuvre qualifiée apte à la bonne prise en charge de la collecte du produit, sa préservation et de son stockage suivant les critères en vigueur, outre l’acquisition, au profit du secteur, d’équipements et outils de production modernes.
La même stratégie englobe, en outre, l’engagement de conventions de formations spécialisées au profit des acteurs de la filière, avec l’Ecole nationale des forêts de Batna, et les Centres de formation d'agents techniques spécialisés en forêt (CFVA) de Jijel et Beni Slimane (Médéa), avec l’implication permanente des populations riveraines dans ces programmes, dira-t-il.
Par ailleurs, il y a lieu de rappeler que ce plan de relance intervient au moment où la direction générale des forêts a appelé les opérateurs économiques algériens à saisir les grandes opportunités d’investissements dans l’exploitation des potentialités forestières, afin de contribuer effectivement à la diversification de l’économie nationale.

Laissez un commentaire