Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 12 août 2017 06:00

Constantine : Incantations des boulangers, pas de pénurie de pain à l’horizon ! Spécial

Écrit par Hamid Bellagha
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Comme une ritournelle, la pénurie de pain est annoncée à chaque mois d’août par... les boulangers. Comme une ritournelle, il y aura pénurie, mais pas pour les raisons invoquées par ces derniers, mais plutôt à cause d’un congé que les professionnels du secteur prennent tous en même temps.


Il fut un temps où la Fédération des boulangers de Constantine avait adopté la Société de distribution d’électricité, plus particulièrement celle de Constantine, comme souffre-douleur. « Si la pénurie de pain est effective, c’est à cause des coupures d’électricité qui nous obligent chaque jour à jeter une quantité importante de pâte ». Un leitmotiv qui a duré des années, et où l’État a fini par répondre aux doléances des boulangers en leur « offrant » des générateurs électriques. La comédie a duré plus que le temps d’une rose, malheureusement, mais la fédération a quand même fini par être confondue par la SDE qui a fourni les détails des coupures et des pannes pour l’été 2014. Sachant qu’une pâte à pain tourne après environ 5 heures d’absence de l’énergie électrique, la SDE a démontré que la plus longue coupure a effectivement dépassé 6 heures, une seule fois, mais dans le chef-lieu de la wilaya... d’El Tarf ! Une mise à nue qui a fait que les boulangers ont changé leur fusil d’épaule et tirent cette fois-ci sur les minoteries. « Les trois minoteries privées de la wilaya de Constantine ont toutes pris leur congé ce mois d’août, et une grosse pénurie de pain se profile déjà à l’horizon ». Mais comme on ne peut tromper quelqu’un qu’un jour et jamais pour toujours, M. Goumida, directeur du commerce de la wilaya, par intérim, a remis les pendules à l’heure. « Effectivement, il y a des minoteries en congé, mais les stocks chez les grossistes sont là pour parer à toute éventualité. Et il y a même des minoteries qui laissent une permanence chargée de continuer la production de farine. Justement pour ne pas qu’il y ait de pénuries. D’ailleurs, il n’y en a jamais eu». Toute cette mise en scène de la fin de l’été est, chaque fois, montée pour que la majorité des boulangers part en congé au mois d’août, avec comme air favori «ce n’est pas moi, c’est lui», et que si les boulangeries ferment, c’est pour limiter les dégâts. Une situation qui revient chaque année, et que la direction du commerce peine à juguler, malgré un calendrier de congés qu’elle veut imposer, mais qui n’est jamais respecté. Mais comme toute histoire à une fin, on assiste depuis deux ans à l’ouverture de plusieurs boulangeries à fours rotatifs. Une dizaine. Un investissement d’entrepreneurs de la wilaya de Batna, de la commune de Barika, dit-on. Des boulangeries, où l’on trouve des pains de toutes sortes, et qui ne baissent rideau qu’à une heure avancée de la nuit. Alors que les boulangeries autochtones terminaient leurs fournées toujours avant midi, et ne restaient sur les étals que les croissants et brioches, bien sûr, autrement plus rentables. 

Dernière modification le vendredi, 11 août 2017 22:53

Laissez un commentaire