Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 05 septembre 2017 06:00

Constantine : Le mouton vire au bleu, Seaco et boulangers au rouge !

Écrit par Hamid Bellagha
Évaluer cet élément
(0 Votes)

A travers les turpitudes qui ont caractérisé l’Aïd El Kebir, cette année, il s’avère que l’administration locale ne maîtrise rien du tout. Surtout l’application des lois. Et pour cause, les points de vente de moutons, qui ne devaient pas dépasser les 45, l’ont été très largement pour atteindre finalement plus de 500.


Un cadre local, sur les colonnes des journaux, s’est même félicité que « bien que les revendeurs aient squatté plusieurs endroits de la wilaya, tout s’est bien passé, et finalement aucune saisie n’a été opérée ». Pourtant, le ministère du Commerce a formellement signifié que les points de vente doivent être définis par l’APC. Eh bien, à Constantine, il n’en a rien été ! Et tout ne s’est pas bien passé, puisque, comme l’année passée, des carcasses de mouton ont été retrouvées par leurs acquéreurs, le lendemain, complètement putréfiées.
Le mouton bleu, le retour !
Nul besoin de rechercher les coupables, ils se sont évanouis dans la nature. Même des éleveurs locaux, en manque de têtes ovines, se sont approvisionnés chez les revendeurs, tombant dans le piège du mouton bleu, et devront faire face aux courroux de leurs clients. « La majorité des cas a été enregistrée dans la commune de Didouche-Mourad, même chez des éleveurs locaux. La viande putréfiée consommée avant « la bleuite » ne représente pas de danger pour le consommateur, mais une fois constaté le changement de couleur, l’odeur se dégageant de la carcasse dissuaderait de sa consommation », nous dira un vétérinaire. Cela représente quand même un problème de salubrité publique, sans oublier la perte sèche que représente le prix des moutons et les blessures morales des enfants dont le sourire restera figé dès que le rouge vire au bleu. La Seaco n’a pas été en reste car les robinets sont restés à sec durant les deux jours de l’Aïd dans la majorité des quartiers. Le numéro vert est resté muet, sans qu’aucune explication ne soit donnée. Quant aux boulangers, encore une fois, ils ont fait fi des injonctions de leur ministère de tutelle. Il n’y avait aucune baguette à l’horizon les deux jours fériés, mais aussi le jour d’avant. Toute une ville sans pain pendant trois jours. Il faut le faire, et les boulangers l’ont fait ! Contrairement aux autres commerces, restés clos le premier jour, ont ouvert leurs portes, même timidement le deuxième. Il reste que les agents des différentes administrations devront, comme d’habitude, se passer du déjeuner, gargotes et autres restaurants ayant pris l’habitude de rester rideaux baissés, jusqu’à dix jours après l’Aïd. 

Laissez un commentaire