Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 16 mai 2018 06:00

Mila : Restauration de la vieille ville, un cri pour rien

Écrit par Zaoui Abderaouf
Évaluer cet élément
(0 Votes)
La bibliothèque principale de Mila a abrité, récemment, la treizième édition du colloque « Mila à travers l’histoire » qu’organise l’association des amis du vieux Mila que préside le professeur en médecine, Segueni Abdelaziz. Cette rencontre marquée par des communications sur Milev en particulier et l’archéologie en général a vu la participation d’éminents professeurs et chercheurs universitaires à l’instar d’Amel Mokrani, Youcef Aïbeche et Abderrahmane Khelifa.

Ce colloque vient rappeler, chaque année, aux autorités locales, aux autochtones et aux historiens qu’à Mila, il y a Milev, une ville romaine qui ne demande qu’à « revivre ». Elle est toujours debout, et ce, malgré les agressions (bétonnage, démolition de murs, ordures…) qu’elle subit depuis toujours de la part de gens insoucieux de la valeur culturelle et historique qu’elle représente. Ce pan de la ville de Mila qui renferme en son sein mille et un secrets de civilisations aujourd’hui disparues attend d’être pris en charge. Tous les appels de détresse lancés, à l’intention des autorités locales et du ministère de la Culture, par l’association des amis du Vieux Mila pour sa sauvegarde sont restés en suspens. La vieille ville ou Vieux Mila ou Mila laqdima souffre de l’indifférence flagrante de tous. Le mur byzantin, la mosquée de Sidi Ghanem, la fontaine romaine d’Aïn Lebled ont besoin de plus de respect de la part de tous. Le vieux Mila a besoin d’être valorisé, les autochtones, et pas seulement l’association des amis du vieux Mila devraient se battre pour cela. Au lieu d’être vidé définitivement de ses habitants, ce pan de l’histoire de la ville de Mila et de l’Algérie tout entière continue d’accueillir de nouveaux résidents, il est devenu un véritable refuge pour les transitaires en mal de logement. L’association ne cesse d’appeler les habitants du Vieux Mila et les responsables locaux à tous les niveaux à plus de mobilisation pour la sauvegarde et la réhabilitation de ce patrimoine, mais en vain car l’appel semble loin d’être entendu. Les amis du vieux Mila ne désespèrent pas de voir, un jour, le vieux Mila devenir un vrai pôle touristique à l’instar de Djemila et Timgad.
Dernière modification le mercredi, 16 mai 2018 09:34

Laissez un commentaire