Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 17 mai 2018 06:00

Béjaïa / Protestation : Reprise du trafic ferroviaire, mais blocage de plusieurs axes routiers

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le trafic ferroviaire a repris «normalement» mardi du service sur la ligne Béjaïa-Alger après une journée d’interruption lundi, alors que la circulation routière, est restée en l’état mardi, perturbée par des obstructions et des fermetures de voies sur plusieurs axes par des riverains dont les motivations se résument en l’amélioration de leur cadre de vie.
A des degrés de complications divers, les usagers de la route ont ainsi subi des épreuves de patience en divers endroits, notamment à Remila sur la RN. 26 (Béjaïa-Bouira), à mi-chemin entre El-kseur et Sidi-Aïch, à Melbou, sur la RN.43 (Béjaïa-Jijel), à hauteur du tunnel de Kherrata sur la RN.09 (Béjaïa-Sétif), à 65 km à l’Est du chef-lieu de wilaya ou de Bourbaâtache, entre El-Kseur et Adekar sur la RN-12 (Béjaïa-Tizi-Ouzou), a-t-on constaté. Tous les accès ont dû être fermés suite à la pose d’obstacles sur la chaussée, empêchant tout mouvement de véhicules sur les voies, à l’exception cependant de la voie de Boubaâtache, où un barrage filtrant a été appliqué aux seuls bus de transport de la région stigmatisés pour avoir procédé à une augmentation du prix du ticket, et qui a valu au demeurant cette levée de bouclier. Sinon par ailleurs, le trafic a été totalement paralysé, notamment sur la RN. 26, à Rémila, où les habitants du village d’Iflicene continuent à revendiquer mordicus la réalisation d’un pont pour leur permettre un dégagement direct vers la route nationale et l’évitement des détours à travers les montagnes et les routes peu amènes qui caractérisent leur parcours. Malgré plusieurs réunions de coordination entre le comité de village et les responsables locaux (Direction des travaux publics et APC) pour trouver une solution «immédiatement» viable, «aucun progrès n’a été enregistré», selon le P/APC, Mohand Cherif Boukarouis, qui estime «le projet (pont) dépasse les compétences locales. Il lui faut une étude préalable et il faut la soumettre de plus à l’arbitrage du ministère des Travaux public. Ce qui risque de prendre du temps. Or les représentants du village insistent pour qu’il soit réalisé tout de suite, d’où l’impasse d’arriver à un compromis.»
A Melbou, sur la RN.43, les protestataires ont surtout manifesté pour appeler à l’arrêt de ce qu’ils appellent «le bradage du foncier balnéaire local». «Les squats sont partout sur la côte et la dilapidation du foncier dépasse tout entendement», a confié l’un deux à l’APS, interpellant notamment les autorités locales quant à la récupération de tous les terrains non attribués légalement. Une délégation de l’APW s’est rendue en début de matinée sur les lieux et a promis de prendre le problème à bras le corps. Sitôt la rencontre achevée, la route a été rouverte, a précisé la même source. A Kherrata, les manifestants ont posé surtout le problème de lignes de transports vers quelques villages alentour au chef-lieu communal dont la déficience accable le confort des usagers. Des rencontres conjointes entre les comités de village, l’APC et la Direction des transports de la wilaya ont été retenues avant la fin de la semaine pour dégager les solutions requises.
Quoiqu’il en soit, le maintien de ces mouvements de protestation n’est pas sans mettre sur les dents les usagers de la route, manifestement lassés par la fréquence et la multiplication de ces blocages de routes dont visiblement ils sont les premières victimes, selon un avis unanime.

Laissez un commentaire