Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 17 mai 2018 06:00

Touggourt / Grimpe de palmiers : Echanges entre cordistes locaux et experts européens

Écrit par Ghellab Chahinez
Évaluer cet élément
(0 Votes)
En se préparant pour la prochaine saison de la récolte de dattes et pour éviter tout incident lors de l’escalade des palmiers, une rencontre d’échange d’expérience et de savoir-faire a été organisée la semaine dernière entre des experts cordistes européens et des phoeniciculteurs locaux dans la wilaya déléguée de Touggourt, 160 km du chef-lieu de la wilaya de Ouargla.

Cette équipe d’experts cordistes européens, en collaboration avec l’INRA, l’ITDAS, CFVA et l’association Biodiversité échange et diffusion d’expérience (BEDE) ont organisé un programme d’échange d’expérience sur la grimpe de palmier au profit d’un groupe de grimpeurs de palmier des régions de Touggourt, Djamaâ et d’El-Oued.
Cette rencontre a pour but d’inculquer les meilleures techniques et les astuces pour mieux grimper et de connaitre le matériel et l’équipement spécifiques garantissant leur sécurité, expliquent les organisateurs. Elle vise également la restructuration consistant à mener ces phoeniciculteurs à se regrouper dans des associations et, enfin, soumettre un projet juridique dont l’objectif est la couverture sociale du personnel travaillant dans le domaine de la culture de la datte, et la création d’entreprises prestataires de service pour la palmeraie.

Une grimpe encadrée
En effet, durant ces ateliers, un groupe de cordistes et de grimpeurs ont présenté des démonstrations sur terrain au niveau d’une palmeraie voisine de l’INRA, portant sur le travail préparatoire, l’essai de certains outils et équipements modernes et ce qui est potentiellement adopté pour la phoinéciculture.
« Le palmier dattier est un énorme patrimoine en Algérie, et pour qu’il ne dépérisse pas, il est utile de former le personnel qui s’occupe de ce palmier, notamment les grimpeurs », a expliqué Noureddine Boulahoual, agronome et président de l’association BEDE. Il ajoute : « Cet échange d’expérience sert à compléter la politique phoenicicole du pays. L’Algérie fait de gros efforts pour initier l’élément humain qui s’attelle aux différentes tâches au niveau de la palmeraie telles que la pollinisation, la taille, la greffe, la cueillette… ». « Cette démarche intervient donc en un temps où ces métiers ne trouvent pas de candidats par crainte de chute et de manque de prise en charge sociale du grimpeur. De plus, nous constatons qu’il y a de moins en moins de grimpeurs dans les champs, ce qui peut réellement handicaper les opérations de récolte des dattes », conclut M. Boulahoual. A rappeler que beaucoup de grimpeurs-palmiers ont été victimes de chute dans les régions à vocation phoenicicole et n’ont pas été pris en charge. La plupart travaillent au noir chez des particuliers et ne sont pas déclarés à la sécurité sociale.

Laissez un commentaire