Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

mardi, 13 février 2018 06:00

Une édition engagée dans la diversité et la lutte contre les abus sexuels : Le scandale Weinstein s’invite à la Berlinale 2018

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Figurant parmi les plus importantes manifestations dédiées au cinéma du Vieux continent, le Festival international du film de Berlin (Berlinale), qui lancera jeudi prochain sa 68e édition avec 19 films en compétition pour l’Ours d’or, est déjà marqué par les retombées du scandale Weinstein qui a déclenché une vague de protestations en soutien aux femmes victimes de harcèlement sexuel.


Dans ce sillage, les organisateurs de la 68e Berlinale annoncent qu’ils ont fait le choix « d’exclure » plusieurs films à cause d’accusation d’abus sexuels, «jugée crédible», qui planeraient sur les réalisateurs et acteurs. Une démarche du directeur du festival, Dieter Kosslick, qui a également opté pour la promotion de la diversité en introduisant quatre films en compétition réalisés par des femmes.
Toutefois, à la veille de l’ouverture de la Berlinale, une nouvelle polémique est lancée par l’actrice sud-coréenne, qui critique les organisateurs pour avoir invité le réalisateur Kim Ki-Duk, qu’elle accuse de l’avoir giflée et forcée à tourner des scènes de sexe improvisées alors qu’elle travaillait sur le film « Moebius ».
Le Festival du film de Berlin, créé, pour rappel, au plus fort de la guerre froide, dans un contexte où les crises géopolitiques ont fait de ce prestigieux festival bien plus qu’un simple rendez-vous culturel. Ainsi, le célèbre acteur Gary Cooper y dénonçait en 1953, notamment la politique de censure et de répression politique, le « maccarthysme », du gouvernement américain, alors que plusieurs éditions durant les années 1970 ont été l’occasion de dénoncer la guerre au Vietnam, la Berlinale a depuis lors soigné son image de festival socialement engagé.
Fidèle à cette étiquette, avec 400 nouveaux films projetés cette année, les organisateurs prévoient notamment de mettre en avant la question des réfugiés et migrants en Allemagne en leur offrant des stages et des billets de cinéma. De même, ils ont sans surprise orienté cette édition 2018 vers les questions d’égalité homme-femme et de lutte contre les abus sexuels.
Le directeur de la manifestation annonce à ce sujet la tenue, en marge des projections, d’un «forum» pour discuter des « changements concrets » à apporter sur le traitement des femmes dans l’industrie du cinéma. Une décision prise dans la continuité de la campagne internationale du mouvement «I MeToo » visant à « promouvoir la diversité ». La compétition sera officiellement lancée, jeudi prochain, avec le long métrage d’animation «Isle of Dogs » du cinéaste américain Wes Anderson interprété par Bryan Cranston, Bill Murray, Jeff Goldblum et Greta Gerwig, tous étant attendus à Berlin sur le tapis rouge.
La sélection apparaît tout aussi engagée en faveur des causes du moment, à l’instar du film « Unsane » de Steven Soderbergh, mettant en avant l’histoire d’une femme qui se bat pour retrouver sa liberté après avoir été internée contre sa volonté dans un asile psychiatrique. Le biopic « Becoming Astrid » se penche sur les premières années difficiles de la vie d’Astrid Lindgren, l’auteure de « Fifi Brindacier », et la manière dont elle en a été inspirée pour créer ce personnage culte de la littérature enfantine, alors que le long métrage « Damsel » de David et Nathan Zellner, qui dépeint le parcours de l’acteur Robert Pattinson en cow-boy maladroit espérant sauver sa bien-aimée, est, lui, présenté comme un « western féministe ». 

Laissez un commentaire