Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 13 mars 2018 06:00

Coopération culturelle : Célébration de la Francophonie et de la gastronomie française en Algérie Spécial

Écrit par Sihem Bounabi
Évaluer cet élément
(1 Vote)

L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, a mis en exergue, hier à Alger, l’importance du développement de la coopération culturelle entre l’Algérie et la France, à l’occasion de la présentation des grandes lignes du programme de célébration de la semaine « Printemps francophone et gastronomique », qui se déroulera dans plusieurs villes d’Algérie, du 17 au 25 mars.

«L’Algérie est importante pour la France et l’activité de coopération culturelle que la France mène en Algérie est un dossier extrêmement politique qui illustre le niveau de la relation entre les deux pays», a d’emblée déclaré, hier, l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt, lors de la conférence de presse qu’il a animée à l’Institut français d’Alger, dans le cadre de la présentation du programme culturel du Printemps francophone et gastronomique, en présence de Gregor Trumel, conseiller à la coopération et l’action culturelle et directeur de l’Institut français d’Algérie.
L’ambassadeur de France en Algérie a souligné, à propos de la coopération culturelle entre l’Algérie et la France, «sensible et importante», que «la culture et toute la coopération culturelle est un élément sensible parce que c’est un élément extrêmement politique avec l’Algérie». Il citera à titre d’exemple la question de «la francophonie qui est un facteur de lien et de rapprochement» et aussi celle des «étudiants algériens qui suivent des cours au niveau des différents instituts français et qui veulent aller étudier en France. Cela est inévitable à la politique des visas. C’est dans ce sens que la coopération culturelle est sensible parce qu’elle touche à beaucoup d’autres secteurs qui ne sont pas forcément culturels». Concernant la coopération culturelle, l’ambassadeur de France en Algérie précise que ce dossier se veut le plus complet possible. Premièrement, avec un large panel d’activités culturelles, de spectacles de haute facture ainsi que des débats d’idées.
«Ainsi nous avons eu au début du mois un concert de Marc Lavoine, et à la fin du mois, soit le 27 mars prochain, nous aurons une rencontre avec Dominique de Villepin. Ces deux exemples illustrent la richesse et la variété des activités culturelles de l’Institut français d’Algérie», souligne-t-il.


Projet d’ouverture d’un Espace France à Ouargla
L’ambassadeur de France en Algérie a ajouté, également, à propos de la coopération culturelle avec l’Algérie, que «l’Institut français d’Algérie est l’un des instituts les plus importants au monde. Et avec ses cinq instituts, cela permet à la France d’intervenir dans un certain nombre de villes et d’animer des activités dans toutes ces villes». Mettant en exergue le fait que les instituts sont situés dans les villes du nord de l’Algérie dans le cadre d’une politique de décentralisation, «nous comptons étendre ce dispositif, avec l’accord des autorités algériennes. C’est un sujet auquel je tiens particulièrement. Ceci en œuvrant à ouvrir des petits centres culturels que l’on appellera «Espace France» dans un certain nombre de villes, et nous allons commencer par Ouargla. En espérant ouvrir cet espace dès la rentrée de septembre 2018. Et si cet espace fonctionne bien nous étendrons l’expérience à d’autres villes». Interrogé sur la question des prises de rendez-vous pour les visas, l’ambassadeur a répondu qu’un point de presse sera donné le 8 avril prochain sur le transfert de TLS, dont la mission prendra fin le 31 mars prochain.


Développement de l’IF au service des Algériens
Pour sa part, Gregor Trumel, conseiller à la coopération et l’action culturelle et directeur de l’Institut français (IF) d’Algérie, confie aux journalistes présents que « M. Xavier Driencourt s’intéresse de très près à la question culturelle. Je considère que mon poste est une grande responsabilité que j’assume avec bonheur depuis six mois.
Ceci en contribuant, avec le soutien de l’ambassadeur, au développement et au dynamisme de l’Institut français aux services des Algériens. Nous proposons à la fois du divertissement et des débats d’idées vraiment au service des Algériens qui est notre public prioritaire». Ajoutant que «l’on partage beaucoup de valeurs entre Algériens et Français. Et si on a une passion commune, c’est bien celle de la culture», affirmant dans ce sillage avoir «la chance d’arriver en Algérie à un moment où le dynamisme culturel est très important, à l’exemple de ce qui se fait dans les domaines du cinéma et de la littérature».
Le conseiller à la coopération et l’action culturelle et directeur de l’Institut français d’Algérie mettra également en exergue l’importance de la coopération culturelle entre l’Algérie et la France, en soulignant que rien qu’à Alger, il y a huit mille étudiants dans le centre de cours de français de l’institut et encore plus au niveau des autres villes. La médiathèque comptabilise soixante-dix mille ouvrages et six cents événements sont organisés et suivis par cent mille personnes par an, au niveau des différents instituts français, estimant que ce «sont des lieux ouverts à tous et pour toutes les couches de la société. On a eu encore récemment des temps forts à l’instar des concerts récents de Cali et Marc Lavoine».


Traiter avec respect et considération les usagers des Instituts
Grégor Trumel, qui occupait avant sa venue en Algérie le poste de Consul général de France en Nouvelle-Orléans, aux États-Unis, confie à propos du poste qu’il occupe en Algérie depuis septembre 2017, que c’est «un poste avec des enjeux très importants et des effectifs très importants. Je suis très fier de travailler dans une relation bilatérale très intéressante. Au-delà des considérations générales, pour que les deux peuples se comprennent mieux, et de l’importance des relations permanentes entre les Français et les Algériens, ce qui m’importe le plus c’est de faire en sorte que, notamment, les jeunes algériens qui viennent dans les cinq instituts français et dans les espaces campus France, soient le mieux reçus possible avec le plus de respect possible». Il insiste sur ce point, en précisant qu’«il est important de recevoir et de traiter avec considération et respect, notamment à travers l’organisation et les moyens matériels, les usagers du service public de l’institut français. C’est dans cet esprit qu’une grande partie du budget de cette année va être utilisée à l’amélioration des conditions d’accueil, du matériel informatique et des espaces».


La langue et le goût à l’honneur du 17 au 25 mars
Nous comptons offrir des programmes de qualité pour lesquels Grégor Trumel a présenté les grandes lignes de la semaine culturelle, consacrée à la francophonie et à la gastronomie, qui se déroulera du 17 au 25 mars. «Où la nourriture de l’esprit sera conjuguée à la nourriture terrestre», avec au menu plusieurs activités, partout en Algérie, afin de célébrer deux évènement majeurs, célébrés partout dans le monde. En l’occurrence, «la semaine de la francophonie» et «la semaine Goût de France», qui met à l’honneur la gastronomie française en proposant rencontres, dégustations, dîners, ateliers de cuisine et recettes.
Un des points d’orgue de la célébration de la semaine de francophonie est le quizz animé par Julien Lepers, qui sera organisé à la salle El Mouggar en partenariat avec l’ONCI, qui «portera à la fois sur la francophonie mais aussi particulièrement sur la langue, l’histoire et la culture algérienne».
À propos de la semaine du goût, elle sera notamment marquée par la participation de chefs français qui seront aux fourneaux, le 21 mars, dans tout le pays pour préparer des recettes qui «s’inspireront des traditions françaises en puisant dans le patrimoine culinaire algérien, en partenariat avec six restaurants algériens».
Le 21 mars prochain sera diffusée sur la chaîne Samira TV une émission consacrée aux arts de la table et à la gastronomie française, durant laquelle l’ambassadeur de France a ouvert les portes de sa résidence. Un programme riche et varié avec l’ambition, tel que le souligne le conseiller à la coopération culturelle de l’ambassade de France, de célébrer «le vivre ensemble entre Algériens et Français, en partageant nos valeurs communes et passions pour les mots et pour la gastronomie». 

Dernière modification le lundi, 12 mars 2018 23:18

Laissez un commentaire