Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 16 juillet 2017 06:00

Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie : « Le temps est venu sans doute d’aller au-delà des formules»

Écrit par Feriel Nourine
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le président français Emmanuel Macron a affiché « clairement sa volonté » d’écrire une nouvelle page dans les relations algéro-françaises, a indiqué, sur fond de rappel, l’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt.


Dans un discours prononcé à l’occasion de la fête du 14 Juillet, M. Driencourt a appelé à « aider » le Président à « écrire cette page et même ces nouveaux chapitres ».
Il a néanmoins estimé que « le temps est venu sans doute d’aller au-delà des formules, certes utiles et souvent nécessaires, partenariat stratégique ou partenariat d’exception ». Car, a dit l’ambassadeur « au-delà des mots, il faut construire, bâtir, identifier et préparer des projets, poser des pierres et des jalons qui, plus que les mots ou les formules, dureront et resteront. C’est cela que nous devons faire ensemble, ce sera mon objectif pendant ce mandat ». Un mandat que Xavier Driencourt vient d’entamer en guise de retrouvailles avec l’Algérie, où il avait déjà occupé le poste d’ambassadeur avant de le quitter en 2012. « C’est exceptionnel, vous le savez, de nommer à deux reprises la même personne dans le même pays. Et pour tout dire, l’Algérie est le seul pays où cela a eu lieu ». Avant de rappeler qu’« il y a dix ans, Hubert Colin de Verdière, Secrétaire général du Quai d’Orsay est revenu à Alger comme ambassadeur. Aujourd’hui, c’est moi, Inspecteur général, qui y revient. Il y a de ce fait, et je pense que c’est utile, une sorte de continuité ». M. Driencourt déclare avoir retrouvé un pays qui a « changé », une Algérie qui « n’est plus la même » que celle qu’il a quittée en 2012. « Dans les deux pays, une nouvelle période s’ouvre après l’élection présidentielle intervenue en France et les élections législatives en Algérie », fait-il remarquer, promettant de faire fructifier cette période pour réussir son second mandat. « C’est avec cette détermination de réussir cette deuxième étape, et pour cette affection qui nous lie, pour ce passé à regarder et assumer, ce futur à construire, que je suis heureux de retrouver l’Algérie, heureux et fier de représenter la France dans votre grand pays », a-t-il affirmé. Après avoir expliqué que la période de son premier mandat était « plus compliquée » et que cela l’a peut-être empêché de réussir. C’est pourquoi, a-t-il dit, « revenir à Alger, aujourd’hui, est la preuve de mon engagement, de ma détermination et de l’immense confiance que j’ai dans l’avenir et la force des relations algéro-françaises ». Il y a lieu de rappeler que dans un message adressé avant-hier à son homologue français, à l’occasion de la fête nationale de la France, le président de la République Abdelaziz Bouteflika a réitéré sa « pleine disponibilité » et sa volonté résolue « à œuvrer, avec le président français Emmanuel Macron, en vue de « consolider davantage » la coopération entre l’Algérie et la France et de la porter à la hauteur de la dimension humaine et du partenariat d’exception que les deux pays ont décidé d’édifier ensemble. « Il me plaît, en cette heureuse occasion, de vous réitérer ma pleine disponibilité et ma volonté résolue à œuvrer, avec vous, en vue de consolider davantage la coopération entre nos deux pays et de la porter à la hauteur de la dimension humaine singulière de nos rapports ainsi que du partenariat d’exception que l’Algérie et la France ont décidé d’édifier ensemble», a souligné Abdelaziz Bouteflika
« Je suis convaincu que, sous notre impulsion commune, ce partenariat d’exception entre nos deux pays saura progresser encore vers une exemplarité féconde dans la réconciliation des mémoires, autour d’une amitié raffermie et d’un codéveloppement réussi dans l’intérêt mutuel de nos deux peuples », a ajouté le président de la République. Mettant en exergue « le dialogue sincère et substantiel » noué entre les deux présidents depuis l’accession de M. Macron au poste de président, aussi bien en ce qui concerne « l’avenir des relations entre nos deux pays », mais aussi sur « les questions ayant trait à la paix et à la sécurité dont les défis et les menaces nous commandent, plus que jamais, de conjuguer nos efforts contre le terrorisme abject, ennemi de toutes les civilisations et de toute l’humanité, et pour réaliser les objectifs de stabilité et de progrès auxquels nous aspirons, notamment dans notre espace méditerranéen ainsi que dans la région du Sahel », a précisé Abdelaziz Bouteflika. 

Laissez un commentaire