Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 10 août 2017 06:00

Au lendemain de la réunion Opep et non-Opep : Les cours ont rebondi légèrement

Écrit par Fella M.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les cours du baril de brut peinent à se rapprocher des 50 dollars à New York, alors qu’ils dépassent 52 dollars à Londres, en réaction à la réunion des pays producteurs de pétrole à Abou Dhabi, les 7 et 8 du mois courant. La veille, le cours de clôture du Brent était de 52,14 dollars et, hier, il est de 52,24 dollars.

Celui de WTI, à New York, est passé de 49,17 dollars mardi dernier à 49,12 dollars hier. En effet, la réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et non-Opep a fait rebondir légèrement les cours. Elle a débouché sur une promesse des pays indisciplinés à coopérer dans les mois qui viennent pour atteindre le « respect total » de l’accord conclu à Alger et entériné à Vienne à la fin de 2016. Entré en vigueur en janvier 2017, l’accord portait sur une réduction de la production de 14 pays de l’Opep de 1,8 million de barils par jour (mbj) appuyé par des ajustements des onze pays non-Opep avec à leur tête la Russie. Cet accord est prolongé jusqu’à mars 2018, au moment où les Emirats arabes unis (EAU) assureront la présidence de l’Organisation. La session tenue à Abou Dhabi, avant la présidence des Emirats arabes unis de l’Opep, en 2018, a signalé l’engagement fort et ferme des pays (participants) à appliquer les ajustements de production des pays membres de l’Opep et des pays non membres. Le comité devra présenter ses conclusions lors d’une réunion, prévue le 21 août à Vienne au siège de l’Opep. Présidée par le Koweït et la Russie, en présence de l’Arabie Saoudite, la réunion s’est tenue à la demande de ce comité chargé de surveiller le respect de la réduction de la production. Les indisciplinés convoqués à cette réunion extraordinaire sont deux membres de l’Opep (EAU et Irak) et deux autres non-Opep (Kazakhstan et Malaisie).

La production de ces pays a dépassé les objectifs fixés au cours des derniers mois, laissant émerger des doutes sur la capacité de l’Opep à parvenir à ses fins d’une réduction de la production et à rééquilibrer le marché. Les deux autres cas d’indisciplinés exclus de l’accord sont le Nigeria et la Libye. Le premier a prévu de pomper 1,84 mbj en juillet et le second prévoit d’atteindre 1,25 mbj fin 2017 et les 1,5 mbj fin 2018, soit sa production d’avant le conflit.
Lors de cette réunion extraordinaire, la Libye semble toujours exempte de l’accord. Le cas du Nigeria n’a, quant à lui, pas eu besoin de revenir dessus cette fois-ci.
Pour ce qui est de la demande mondiale de brut en 2018, un indicateur du marché, elle devrait enregistrer une hausse de 1,26 mbj par rapport à cette année pour correspondre à 97,65 mbj, stimulée par la croissance économique actuelle et la demande des pays émergents comme la Chine et l’Inde, d’après les prévisions de l’Opep. 

Laissez un commentaire